No man's land
Bienvenue à No man's land, une ville dans laquelle tu t'es retrouvé enfermé de façon bien étrange. L'insécurité est de partout tu dois constamment rester sur tes gardes et...refaire ta vie ? Personne ne sait si vous pourrez ressortir un jour...ou non...
Un conseil : si le danger se présente, ne réfléchis pas...cours !

Hj: Merci de prendre en priorité les postes vacants. Ils sont nombreux et variés pour plaire au plus grand nombre. Si vous désirez changer quelque chose dans le pv, merci d'en parler d'abord à une fondatrice qui vous donnera, ou non, son autorisation.

Bienvenue dans cette ville de laquelle vous ne pourrez plus repartir ...

No man's land

.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Page 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

    Sexy and Dangerous Founder

avatar

Rebecca C. Hemilgton


•Ancien métier : : Etudiante en stylisme et serveuse.
•Localisation : Dans le lit d'un certain vampire?
•Messages : 1749
•Date d'inscription : 27/07/2009
•Age : 27

Who are you?
Pouvoirs, et maîtrise (pour les sorciers):: Contrôle la météo (maîtrise 80%) / télépathie avancée : lit dans les pensées et peut partager les siennes (maîtrise 95%) / Absorption de pouvoirs (maîtrise 80%).
Relations::

MessageSujet: Page 1   Mer 30 Déc - 14:28

    Une poupée doit toujours être en sécurité






    Citation :
    A certains moments plus qu’à d’autres, les souvenirs affluent dans mon esprit, tels d’énormes raz de marée qui détruisent tout sur leur passage.
    Toutes ces choses que je veux garder pour moi, les enfouirent au plus profond de ma mémoire pour ne plus y penser, comme si ça n’avait jamais eut lieu, et bien elles ne disparaissent jamais totalement. Elles restent bien en moi et ressortent comme ça, sans prévenir.

    Cette nuit a été un moment comme ça. J’ai rêvé. J’étais assise dans une clairière fleurie et il est apparu de nulle part. Il restait loin de moi, plusieurs mètres de moi et ne faisait pas mine de s’approcher. Il avait un faible sourire aux lèvres. Le genre de petit sourire rassurant qu’il m’offrait toujours lorsque je m’inquiétais. Je n’ai pas compris pourquoi il ne venait pas vers moi, alors que je ne l’avais pas vu depuis si longtemps. Je me suis donc levée pour m’en approcher. Seulement son sourire a disparu, laissant une mine horrifiée sur son visage et il m’a fait signe de m’arrêter. Il a levé une main avant de s’exclamer :

    « Une poupée devrait toujours être en sécurité… »

    Dans un nuage de vapeur noir ébène, il a disparu. Lorsque la vapeur retomba et disparut totalement, à la place de Steven, se tenait Damon, un sourire diabolique aux lèvres. J’aurais du écouter Steven. Il m’a toujours dit ces quelques mots « Une poupée devrait toujours être en sécurité ». Les derniers mots qu’il a prononcé avant de me quitter, de mourir, étaient « tu dois toujours être en sécurité poupée ». Quand il était encore en vie, je n’avais de toute façon pas le choix parce qu’il veillait sur moi sans cesse. J’avais toujours l’un de ses gars, derrière moi, veillant à ce que je rentre chez moi en un seul morceau le soir en sortant du travail ou de la fac. Mais lorsqu’il ne fut plus là, je n’avais plus de raison de vouloir être en vie. Je n’en n’avais plus le goût. Mais ma tentative de suicide ma ouvert les yeux sur le fait que je n’avais pas le droit d’être lâche alors que ma mère comptait tant sur moi. Alors je ne courrais pas droit à la mort et j’attendrais qu’elle vienne me chercher. Peu importait le temps que ça prendrait, je l’aiderais.

    C’est donc ce que je fis. Dans les premiers mois suivant sa mort, je fis beaucoup de sports. Des sports extrêmes bien sûr, espérant que quelque chose aille mal et que je meurs sur le coup. Manque de bol, pour moi, jamais je ne rencontrai un problème. Autant dire que les gars de Steven, chargés de me surveiller tant que je vivrais dans le Bronx, s’arrachaient les cheveux quand ils me voyaient risquer ma vie. Je n’avais pas le droit de mourir tant que j’étais sous leur surveillance. C’était à peu près la signification des derniers mots de Steven. Mais je n’en faisais qu’à ma tête. La seule fois où j’ai pleuré, ce fut lorsque je le tenais contre moi alors qu’il était mort. Mort dans mes bras, me disant que je devais toujours être en sécurité. Par la suite je me suis promis de ne plus pleurer pour lui et c’est ce que j’ai fais. Chaque jour, jusqu’à ce que je me retrouve enfermée ici, j’ai fleuris sa tombe.

    Lorsque j’ai quitté le Bronx, les gars de Steven, qui pour la plupart étaient devenus mes amis, me demandèrent de ne pas agir stupidement et de ne pas mourir volontairement. Je ne pouvais leur faire cette promesse alors que je m’en étais déjà fais une. Celle de vivre comme je l’entendais et de ne plus écouter qui que ce soit. Peu m’importait de savoir quand je mourrais. Et je suis encore là. Je suis en vie non ? Pourquoi, je l’ignore mais c’est ainsi.

    Et pour en revenir à mon rêve, si j’avais écouté les paroles de Steven, je serais parti et aurais fui Damon. Mais il me tendait la main, je l’ai prise.

_________________
"Si on me demandait ma définition du mot amour, je me contenterais de dire ton nom..."

"Tell me when you hear my heart stop"
You're the only one that knows
Tell me when you hear my silence
There's a possibility I wouldn't know
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://no-mans-land.forumactif.com
 

Page 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No man's land :: Les écrits :: Les journaux intimes :: J.I de Rebecca C. Hemilgton-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit