No man's land
Bienvenue à No man's land, une ville dans laquelle tu t'es retrouvé enfermé de façon bien étrange. L'insécurité est de partout tu dois constamment rester sur tes gardes et...refaire ta vie ? Personne ne sait si vous pourrez ressortir un jour...ou non...
Un conseil : si le danger se présente, ne réfléchis pas...cours !

Hj: Merci de prendre en priorité les postes vacants. Ils sont nombreux et variés pour plaire au plus grand nombre. Si vous désirez changer quelque chose dans le pv, merci d'en parler d'abord à une fondatrice qui vous donnera, ou non, son autorisation.

Bienvenue dans cette ville de laquelle vous ne pourrez plus repartir ...

No man's land

.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Scénario N°1 [du 22/12/09 au --]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

    Sexy and Dangerous Founder

avatar

Rebecca C. Hemilgton


•Ancien métier : : Etudiante en stylisme et serveuse.
•Localisation : Dans le lit d'un certain vampire?
•Messages : 1749
•Date d'inscription : 27/07/2009
•Age : 27

Who are you?
Pouvoirs, et maîtrise (pour les sorciers):: Contrôle la météo (maîtrise 80%) / télépathie avancée : lit dans les pensées et peut partager les siennes (maîtrise 95%) / Absorption de pouvoirs (maîtrise 80%).
Relations::

MessageSujet: Scénario N°1 [du 22/12/09 au --]   Mar 22 Déc - 19:13

The Shadow a écrit:
    Et si on visitait un hôpital pour noël ?




    Explications :


    Citation :
    Pour ce scénario, nous vous demanderons de faire 20 lignes au lieu de 15, complètes et minimum, sans compter le dialogue. Vous devez toujours bien développer les pensées et émotions de votre personnage. Des détails, des détails et encore des détails.
    Vous devrez toujours respecter l'ordre de passage. Si vous postez à la place de quelqu'un, vous prenez le risque de voir votre message définitivement supprimé.
    N'oubliez pas que vous êtes plusieurs à participer. Ne faites donc pas attendre trop longtemps les autres. En vous inscrivant à ce premier scénario, vous vous êtes engagés à répondre au moins une fois ou deux par semaine, si c'est votre tour bien sûr.
    Si durant ce rp, vous recevez un mp de The Shadow, ne vous inquiètez pas. Peut-être vient-il vous demander de poster à la place d'une autre personne en raison d'un retard ou autre. Mais aussi, pour vous demander d'attendre un peu pour répondre pour que lui même poste. Parce que c'est The Shadow qui va expliquer tout ce qu'il se passe dans l'hôpital. Bien sûr vous pourrez vous aussi inventer des choses sans entrer dans l'excès. Il est possible aussi, que The Shadow n'ait pas à intervenir si le rp avance bien.
    Si vous avez besoin d'explications, la messagerie de The Shadow vous est ouverte !
    N'oubliez pas que depuis le début The Shadow est dans la ville et que personne ne le sait. Dans ce rp, en aucun cas vous ne pouvez découvrir sa présence, d'aucune façon que ce soit. Peut-être pouvez-vous sentir sa présence mais plus comme s'il y avait des fantômes.
    J'ajoute aussi, que Lou arrive seule de son côté. Normal pour une enfant inconnue. ELle pourrait attendre le groupe dans un coin, devant l'hôpital. Damon est arrivé en premier et il est déjà dans l'hôpital quand les autres arrivent. Les autres se trouvaient dans la salle des fêtes avec tout le monde et s'ennuyaient. C'est là qu'ils ont décidés de s'amuser en allant à l'hôpital.
    Sur ce, je vous souhaite, bonne chance...

    Ordre de passage :



    Damon J. Sparks & Rebecca C. Hemilgton & Laura E. Lewis & Anastacia Jefferson & Nate Weasley & Lou C. Deschannel


    Que le jeu commence :


    Jeudi 24 décembre 2009 ; 21h00

    Un pas, deux pas, trois pas.
    Un pied devant l’autre, j’avançais lentement en ces lieux froids et sombres. Des bruits effrayants se firent entendre dans les immenses couloirs. Ils ressemblaient, à s’y méprendre, à d’horribles hurlements de femme. En tout cas, c’était là ce que j’aimais à imaginer pour mon bon plaisir. En réalité, il s’agissait simplement du vent qui s’engouffrait par toutes les fenêtres et portes cassées et se répandait dans les pièces comme pour chercher un autre moyen de sortir. Mais je préférais me mettre en tête qu’il s’agissait de hurlements, de plaintes de douleur. La souffrance des autres, était ce dont je me nourrissais avec grand plaisir. Avançant toujours à pas lents, je levais légèrement le visage vers le haut plafond, pour prendre une grande inspiration, les yeux fermés. De là où je me trouvais, je pouvais ressentir la peur des dizaines de personnes qui étaient en train de se réunir dans la grande salle des fêtes de la ville, pour noël. Un léger sourire se dessina sur mes lèvres à cette pensée. Ces êtres insignifiants qui, malgré leur enfermement dans une ville totalement étrangère, trouvaient encore le moyen de fêter des choses sans intérêt selon moi. Je me remémorais avec joie, la palette d’émotions diverses et variées, que j’avais vu se dessiner sur le visage de la plupart de ces nouveaux arrivants. D’abord la surprise, lorsque leur véhicule se heurtait à un mur invisible mais parfaitement infranchissable. Ensuite, l’impatience quand ils s’étaient retrouvés à chercher une explication et à vouloir passer ce mur à pieds. Venait ensuite l’inquiétude quand ils prenaient conscience que ça leur était impossible. Mais ça ne s’arrêtait pas là. Parce que bien évidemment, ils ne voulaient pas s’avouer vaincu. Ainsi, un petit groupe de courageux, décida de tenter sa chance et de faire tout le tour du mur invisible. Chose qu’ils firent d’ailleurs. Autant vous dire que je m’amusais fort bien à les voir longer ce mur qu’ils pouvaient sentir sous leurs doigts sans pour autant le voir. Ce n’est qu’une fois revenus à leur point de départ, qu’ils durent accepter l’évidence. Ils étaient bel et bien enfermés dans cette ville soit disant abandonnée, avec des personnes totalement étrangères. Lorsque la nuit était tombée, c’était la terreur qui s’était emparé d’eux. Et moi, comme depuis le début, j’étais aux premières loges pour assister à pareil spectacle.

    Jeudi 24 décembre 2009 ; 21h10

    J’arrêtais mes pas lorsque je me trouvais sur le pas d’une porte qui n’était plus là depuis bien longtemps. Je regardais l’intérieur de la pièce avec toujours le même bonheur qui montait en moi. Cet hôpital, était l’endroit que je préférais dans toute la ville. Il fallait dire qu’il semblait avoir une âme, une vie presque, à lui tout seul. Il était un peu le cœur de la ville bien qu’étant en retrait de celle-ci. Peut-être était-ce du au nombre de morts qu’il y avait eut en ces lieux précisément. Cet hôpital avait caché bien des choses pendant de longues décennies. Des médecins fous avaient pratiqués des expériences extraordinairement tordues, sur de pauvres patients. Il était arrivé à maintes reprises, qu’une personne vienne pour un simple rhume et ressorte…dans une boîte pour être enterré dans le cimetière de la ville. Et encore, tous les patients n’avaient alors pas la chance d’être enterré dans des cercueils. Les médecins et leurs chers collègues, ne prenaient parfois pas cette peine et se contentaient de faire disparaître les corps, de diverses façons. L’histoire de cet hôpital était donc des plus sombres et cela me plaisait. Je n’avais pas choisis cette ville au hasard, il fallait bien l’avouer. Ce n’était pas pour rien que j’avais décidé de la prendre et d’y faire venir qui me plaisait pour monter mon plan affreusement bien préparé et diaboliquement merveilleux. Je ne cherchais pas spécialement à voir tout ce beau monde s’entre tuer. Mais plutôt les voir pleurer de peur. La terreur que je lisais sur leur visage, était tout ce dont j’avais besoin pour me sentir bien et puissant. Parce que puissant, je l’étais à nul autre pareil. Personne ne pouvait me surpasser.

    Jeudi 24 décembre 2009 ; 21h20 (oui j’aime les chiffres ronds)

    Mon ouïe très aiguisée me permet d’entendre plus loin, beaucoup plus loin, qu’un simple être humain. C’est donc ainsi que je pris connaissance du fait qu’un petit groupe de personne, venait de prendre la décision de faire une excursion du côté mon hôpital adoré. Un sourire mauvais apparut sur mes lèvres rouges vermillon. Un intense besoin de me nourrir monta en moi. Leur peur devrait satisfaire à me rassasier. J’étais heureux de ce garde mangé que je m’étais mis de côté. Leur sang ne m’intéressait guère. Sinon, je n’aurais pas fais venir des vampires. Non, je pouvais me contenter de leur peur, contrairement à ces chers suceurs de sang, dont je faisais plus ou moins partie, selon le point de vue que l’on adoptait. Je me trouvais vraiment intelligent, pour avoir eut cette merveilleuse idée. Se faire réunir des espèces censées ne pas pouvoir se côtoyer, était vraiment très astucieux. Des chasseurs qui voudraient tuer les vampires, ces derniers qui effraieraient les humains. Les ensorcelés qui chercheraient sans nul doute à tuer les sorciers pour se venger du sort qu’il subissait. Sans parler des loups-garous dont à peu près tout le monde ignorait l’existence tant ils étaient discrets et toujours dans l’ombre des vampires. Leurs meurtres passaient toujours pour des attaques d’animaux sauvage. Il fallait dire qu’il ne laissait pas grand-chose derrière eux après qu’ils se soient nourrit…ah mon cher père était ainsi. Il avait une sauvagerie à faire peur et un besoin de mort omni présent. Heureusement que ma sorcière de mère était assez puissante pour l’empêcher de la tuer elle, en contrôlant ses émotions. Peut-être que c’était d’elle que je tenais cette intelligence hors du commun, extraordinaire. Sans doute oui. Oh et j’oubliais ce cher lot d’enfants. Personne ne sait rien d’eux. Moi oui. Après tout, je sais tout sur tout le monde. Pensez-vous que je pourrais rater quoi que ce soit des évènements qui ont lieux dans ma ville ? Celle que j’ai presque montée moi-même. Je n’ignore rien. Et je doute que ces enfants sachent tout de leur propre existence. Ils doivent seulement avoir conscience dut fait qu’ils ont toujours été là et livrés à eux-mêmes. C’est amplement suffisant pour faire d’eux des monstres sans cœur. Et bientôt, arriveraient de nouvelles personnes. Je le savais puisque tout était parfaitement orchestré. A l’heure près, je savais qui pénétrerait dans ma ville. Mais je devais tout de même avouer que certaines personnes me réservaient quelques surprises de taille. Ah que j’aimais ces personnes toujours prêtes à m’offrir une bonne dose de peur. Enfin pas la mienne bien sûr…J’ignorais cependant, ce qu’il adviendrait d’eux par la suite. Je n’avais pas le pouvoir de prédire l’avenir, ce qui me manquait assez. Je ne savais s’il finirait par s’entre tuer ou non. Chaque fois était différente…

    Jeudi 24 décembre 2009 ; 21h30

    A présent, je pouvais les entendre approcher de l’hôpital. Leurs pas étaient tous différents les uns des autres. Je devinais aisément quelles espèces étaient présentes. Pour commencer, il y avait un enfant. Un jeune enfant si je ne me trompais pas. Elle n’était pas avec le groupe. Ce qui ne m’étonnait pas vraiment puisque les enfants ne se faisaient que fort souvent, voir par les nouveaux arrivants. Ainsi, elle arrivait de son côté. Peut-être était-ce voulut de sa part, de se rendre à l’hôpital en même temps que le groupe. Si tel était le cas, alors il devait s’agir de Lou. Ca ne m’aurait guère étonné de sa part. Je ne me rappelais pas de l’avoir déjà vu vouloir du mal à qui que ce soit. Cette enfant n’était pas comme ceux de son groupe. La seule chose qui l’importait vraiment, c’était de s’amuser. Autant dire qu’elle était semblable à des millions d’enfants dans le monde. Le groupe était composé de quatre personnes adultes. Il y avait trois femmes et un homme. Peut-être y avait-il des sorciers et des ensorcelés parmi eux, cela je ne pouvais le savoir si facilement. Leur démarche ne se différenciait pas de celle des simples humains. En revanche, je sentais déjà de l’appréhension chez au moins l’une de ces personnes. Une humaine peut-être ? Et des pas assurés aussi. Presque autant que ceux du vampire. Cela ne m’étonnait pas. J’avais pu assister à des leçons de courage de la part de quelque personnes, très peu mais assez pour que cela m’amuse. Je doutais qu’après les heures à venir, ces personnes désirent de nouveau s’amuser à se faire peur dans cette ville. Cherchaient-ils justement à se faire peur en venant dans cet hôpital ? Si tel était le cas, ils me facilitaient bien la tâche pour ce qui était d’obtenir de la peur.

    Jeudi 24 décembre 2009 ; 21h34

    Quittant la salle de torture dans laquelle je me trouvais avec un bonheur absolu, je me dirigeais vers l’entrée de mon cher hôpital. Reprenant mon invisibilité, je me tapissais dans l’ombre, comme toujours. Et comme à chaque fois, personne ne saurait que j'étais là. C’était l’un des nombreux avantages d’être né de mère sorcière, les pouvoirs. Bientôt, je voyais les énormes portes de l’hôpital, s’ouvrirent sur mes hôtes. Je savais qu'un vampire était présent au second étage. Cela commençait donc fort bien pour moi, s'il leur donnait une bonne dose de peur. J'espèrais simplement qu'il ne les tuerait pas trop vite...


_________________
"Si on me demandait ma définition du mot amour, je me contenterais de dire ton nom..."

"Tell me when you hear my heart stop"
You're the only one that knows
Tell me when you hear my silence
There's a possibility I wouldn't know
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://no-mans-land.forumactif.com
 

Scénario N°1 [du 22/12/09 au --]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No man's land :: Avant le jeu :: Rules & Contexte :: Contexte-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit