No man's land
Bienvenue à No man's land, une ville dans laquelle tu t'es retrouvé enfermé de façon bien étrange. L'insécurité est de partout tu dois constamment rester sur tes gardes et...refaire ta vie ? Personne ne sait si vous pourrez ressortir un jour...ou non...
Un conseil : si le danger se présente, ne réfléchis pas...cours !

Hj: Merci de prendre en priorité les postes vacants. Ils sont nombreux et variés pour plaire au plus grand nombre. Si vous désirez changer quelque chose dans le pv, merci d'en parler d'abord à une fondatrice qui vous donnera, ou non, son autorisation.

Bienvenue dans cette ville de laquelle vous ne pourrez plus repartir ...

No man's land

.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Scénario N°1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Je suis le maître du jeu
avatar

The shadow


•Messages : 2
•Date d'inscription : 22/08/2009

MessageSujet: Scénario N°1   Mar 22 Déc - 18:56

    Et si on visitait un hôpital pour noël ?




    Explications :


    Citation :
    Pour ce scénario, nous vous demanderons de faire 20 lignes au lieu de 15, complètes et minimum, sans compter le dialogue. Vous devez toujours bien développer les pensées et émotions de votre personnage. Des détails, des détails et encore des détails.
    Vous devrez toujours respecter l'ordre de passage. Si vous postez à la place de quelqu'un, vous prenez le risque de voir votre message définitivement supprimé.
    N'oubliez pas que vous êtes plusieurs à participer. Ne faites donc pas attendre trop longtemps les autres. En vous inscrivant à ce premier scénario, vous vous êtes engagés à répondre au moins une fois ou deux par semaine, si c'est votre tour bien sûr.
    Si durant ce rp, vous recevez un mp de The Shadow, ne vous inquiètez pas. Peut-être vient-il vous demander de poster à la place d'une autre personne en raison d'un retard ou autre. Mais aussi, pour vous demander d'attendre un peu pour répondre pour que lui même poste. Parce que c'est The Shadow qui va expliquer tout ce qu'il se passe dans l'hôpital. Bien sûr vous pourrez vous aussi inventer des choses sans entrer dans l'excès. Il est possible aussi, que The Shadow n'ait pas à intervenir si le rp avance bien.
    Si vous avez besoin d'explications, la messagerie de The Shadow vous est ouverte !
    N'oubliez pas que depuis le début The Shadow est dans la ville et que personne ne le sait. Dans ce rp, en aucun cas vous ne pouvez découvrir sa présence, d'aucune façon que ce soit. Peut-être pouvez-vous sentir sa présence mais plus comme s'il y avait des fantômes.
    J'ajoute aussi, que Lou arrive seule de son côté. Normal pour une enfant inconnue. ELle pourrait attendre le groupe dans un coin, devant l'hôpital. Damon est arrivé en premier et il est déjà dans l'hôpital quand les autres arrivent. Les autres se trouvaient dans la salle des fêtes avec tout le monde et s'ennuyaient. C'est là qu'ils ont décidés de s'amuser en allant à l'hôpital.
    Sur ce, je vous souhaite, bonne chance...

    Ordre de passage :



    Damon J. Sparks & Rebecca C. Hemilgton & Laura E. Lewis & Anastacia Jefferson & Nate Weasley & Lou C. Deschannel

    Que le jeu commence :


    Jeudi 24 décembre 2009 ; 21h00

    Un pas, deux pas, trois pas.
    Un pied devant l’autre, j’avançais lentement en ces lieux froids et sombres. Des bruits effrayants se firent entendre dans les immenses couloirs. Ils ressemblaient, à s’y méprendre, à d’horribles hurlements de femme. En tout cas, c’était là ce que j’aimais à imaginer pour mon bon plaisir. En réalité, il s’agissait simplement du vent qui s’engouffrait par toutes les fenêtres et portes cassées et se répandait dans les pièces comme pour chercher un autre moyen de sortir. Mais je préférais me mettre en tête qu’il s’agissait de hurlements, de plaintes de douleur. La souffrance des autres, était ce dont je me nourrissais avec grand plaisir. Avançant toujours à pas lents, je levais légèrement le visage vers le haut plafond, pour prendre une grande inspiration, les yeux fermés. De là où je me trouvais, je pouvais ressentir la peur des dizaines de personnes qui étaient en train de se réunir dans la grande salle des fêtes de la ville, pour noël. Un léger sourire se dessina sur mes lèvres à cette pensée. Ces êtres insignifiants qui, malgré leur enfermement dans une ville totalement étrangère, trouvaient encore le moyen de fêter des choses sans intérêt selon moi. Je me remémorais avec joie, la palette d’émotions diverses et variées, que j’avais vu se dessiner sur le visage de la plupart de ces nouveaux arrivants. D’abord la surprise, lorsque leur véhicule se heurtait à un mur invisible mais parfaitement infranchissable. Ensuite, l’impatience quand ils s’étaient retrouvés à chercher une explication et à vouloir passer ce mur à pieds. Venait ensuite l’inquiétude quand ils prenaient conscience que ça leur était impossible. Mais ça ne s’arrêtait pas là. Parce que bien évidemment, ils ne voulaient pas s’avouer vaincu. Ainsi, un petit groupe de courageux, décida de tenter sa chance et de faire tout le tour du mur invisible. Chose qu’ils firent d’ailleurs. Autant vous dire que je m’amusais fort bien à les voir longer ce mur qu’ils pouvaient sentir sous leurs doigts sans pour autant le voir. Ce n’est qu’une fois revenus à leur point de départ, qu’ils durent accepter l’évidence. Ils étaient bel et bien enfermés dans cette ville soit disant abandonnée, avec des personnes totalement étrangères. Lorsque la nuit était tombée, c’était la terreur qui s’était emparé d’eux. Et moi, comme depuis le début, j’étais aux premières loges pour assister à pareil spectacle.

    Jeudi 24 décembre 2009 ; 21h10

    J’arrêtais mes pas lorsque je me trouvais sur le pas d’une porte qui n’était plus là depuis bien longtemps. Je regardais l’intérieur de la pièce avec toujours le même bonheur qui montait en moi. Cet hôpital, était l’endroit que je préférais dans toute la ville. Il fallait dire qu’il semblait avoir une âme, une vie presque, à lui tout seul. Il était un peu le cœur de la ville bien qu’étant en retrait de celle-ci. Peut-être était-ce du au nombre de morts qu’il y avait eut en ces lieux précisément. Cet hôpital avait caché bien des choses pendant de longues décennies. Des médecins fous avaient pratiqués des expériences extraordinairement tordues, sur de pauvres patients. Il était arrivé à maintes reprises, qu’une personne vienne pour un simple rhume et ressorte…dans une boîte pour être enterré dans le cimetière de la ville. Et encore, tous les patients n’avaient alors pas la chance d’être enterré dans des cercueils. Les médecins et leurs chers collègues, ne prenaient parfois pas cette peine et se contentaient de faire disparaître les corps, de diverses façons. L’histoire de cet hôpital était donc des plus sombres et cela me plaisait. Je n’avais pas choisis cette ville au hasard, il fallait bien l’avouer. Ce n’était pas pour rien que j’avais décidé de la prendre et d’y faire venir qui me plaisait pour monter mon plan affreusement bien préparé et diaboliquement merveilleux. Je ne cherchais pas spécialement à voir tout ce beau monde s’entre tuer. Mais plutôt les voir pleurer de peur. La terreur que je lisais sur leur visage, était tout ce dont j’avais besoin pour me sentir bien et puissant. Parce que puissant, je l’étais à nul autre pareil. Personne ne pouvait me surpasser.

    Jeudi 24 décembre 2009 ; 21h20 (oui j’aime les chiffres ronds)

    Mon ouïe très aiguisée me permet d’entendre plus loin, beaucoup plus loin, qu’un simple être humain. C’est donc ainsi que je pris connaissance du fait qu’un petit groupe de personne, venait de prendre la décision de faire une excursion du côté mon hôpital adoré. Un sourire mauvais apparut sur mes lèvres rouges vermillon. Un intense besoin de me nourrir monta en moi. Leur peur devrait satisfaire à me rassasier. J’étais heureux de ce garde mangé que je m’étais mis de côté. Leur sang ne m’intéressait guère. Sinon, je n’aurais pas fais venir des vampires. Non, je pouvais me contenter de leur peur, contrairement à ces chers suceurs de sang, dont je faisais plus ou moins partie, selon le point de vue que l’on adoptait. Je me trouvais vraiment intelligent, pour avoir eut cette merveilleuse idée. Se faire réunir des espèces censées ne pas pouvoir se côtoyer, était vraiment très astucieux. Des chasseurs qui voudraient tuer les vampires, ces derniers qui effraieraient les humains. Les ensorcelés qui chercheraient sans nul doute à tuer les sorciers pour se venger du sort qu’il subissait. Sans parler des loups-garous dont à peu près tout le monde ignorait l’existence tant ils étaient discrets et toujours dans l’ombre des vampires. Leurs meurtres passaient toujours pour des attaques d’animaux sauvage. Il fallait dire qu’il ne laissait pas grand-chose derrière eux après qu’ils se soient nourrit…ah mon cher père était ainsi. Il avait une sauvagerie à faire peur et un besoin de mort omni présent. Heureusement que ma sorcière de mère était assez puissante pour l’empêcher de la tuer elle, en contrôlant ses émotions. Peut-être que c’était d’elle que je tenais cette intelligence hors du commun, extraordinaire. Sans doute oui. Oh et j’oubliais ce cher lot d’enfants. Personne ne sait rien d’eux. Moi oui. Après tout, je sais tout sur tout le monde. Pensez-vous que je pourrais rater quoi que ce soit des évènements qui ont lieux dans ma ville ? Celle que j’ai presque montée moi-même. Je n’ignore rien. Et je doute que ces enfants sachent tout de leur propre existence. Ils doivent seulement avoir conscience dut fait qu’ils ont toujours été là et livrés à eux-mêmes. C’est amplement suffisant pour faire d’eux des monstres sans cœur. Et bientôt, arriveraient de nouvelles personnes. Je le savais puisque tout était parfaitement orchestré. A l’heure près, je savais qui pénétrerait dans ma ville. Mais je devais tout de même avouer que certaines personnes me réservaient quelques surprises de taille. Ah que j’aimais ces personnes toujours prêtes à m’offrir une bonne dose de peur. Enfin pas la mienne bien sûr…J’ignorais cependant, ce qu’il adviendrait d’eux par la suite. Je n’avais pas le pouvoir de prédire l’avenir, ce qui me manquait assez. Je ne savais s’il finirait par s’entre tuer ou non. Chaque fois était différente…

    Jeudi 24 décembre 2009 ; 21h30

    A présent, je pouvais les entendre approcher de l’hôpital. Leurs pas étaient tous différents les uns des autres. Je devinais aisément quelles espèces étaient présentes. Pour commencer, il y avait un enfant. Un jeune enfant si je ne me trompais pas. Elle n’était pas avec le groupe. Ce qui ne m’étonnait pas vraiment puisque les enfants ne se faisaient que fort souvent, voir par les nouveaux arrivants. Ainsi, elle arrivait de son côté. Peut-être était-ce voulut de sa part, de se rendre à l’hôpital en même temps que le groupe. Si tel était le cas, alors il devait s’agir de Lou. Ca ne m’aurait guère étonné de sa part. Je ne me rappelais pas de l’avoir déjà vu vouloir du mal à qui que ce soit. Cette enfant n’était pas comme ceux de son groupe. La seule chose qui l’importait vraiment, c’était de s’amuser. Autant dire qu’elle était semblable à des millions d’enfants dans le monde. Le groupe était composé de quatre personnes adultes. Il y avait trois femmes et un homme. Peut-être y avait-il des sorciers et des ensorcelés parmi eux, cela je ne pouvais le savoir si facilement. Leur démarche ne se différenciait pas de celle des simples humains. En revanche, je sentais déjà de l’appréhension chez au moins l’une de ces personnes. Une humaine peut-être ? Et des pas assurés aussi. Presque autant que ceux du vampire. Cela ne m’étonnait pas. J’avais pu assister à des leçons de courage de la part de quelque personnes, très peu mais assez pour que cela m’amuse. Je doutais qu’après les heures à venir, ces personnes désirent de nouveau s’amuser à se faire peur dans cette ville. Cherchaient-ils justement à se faire peur en venant dans cet hôpital ? Si tel était le cas, ils me facilitaient bien la tâche pour ce qui était d’obtenir de la peur.

    Jeudi 24 décembre 2009 ; 21h34

    Quittant la salle de torture dans laquelle je me trouvais avec un bonheur absolu, je me dirigeais vers l’entrée de mon cher hôpital. Reprenant mon invisibilité, je me tapissais dans l’ombre, comme toujours. Et comme à chaque fois, personne ne saurait que j'étais là. C’était l’un des nombreux avantages d’être né de mère sorcière, les pouvoirs. Bientôt, je voyais les énormes portes de l’hôpital, s’ouvrirent sur mes hôtes. Je savais qu'un vampire était présent au second étage. Cela commençait donc fort bien pour moi, s'il leur donnait une bonne dose de peur. J'espèrais simplement qu'il ne les tuerait pas trop vite...



_________________

Merci à Lou pour ce sublime kit ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Scénario N°1   Mer 23 Déc - 13:13

Damon visitait les moindres recoins de la ville dans l’espoir de trouvait un endroit vraiment intéressant ou même surprenant. Ainsi son ennuie disparaitrait pendant quelques instants. Il marchait sans trop connaitre sa destination, il irait où ses pas le mèneraient. La nuit était tombée, seule la lumière de la lune éclairait son chemin à travers les broussailles et les détritus en tout genre. Aucune autre source d’éclairage n’était présente dans les horizons, il y avait bien des lampadaires seulement les ampoules ne semblait plus en état de marche. Un silence pesant apparaissait, aucuns bruits d’animaux, aucun signe de vie, tout paraissait mort, à l’abandon le plus totale. Ce passage ne devait pas être emprunté très souvent vu la végétation abondante qui recouvrait entièrement ce qui semblait être un chemin en béton. En cela correspondait plus à une ancienne route totalement impraticable aujourd’hui. En regardant un peu plus loin des panneaux indiquaient plusieurs routes avec des flèches de différents position. Certaines étaient tout simplement illisibles à cause des ratures qui effaçaient volontairement le nom du lieu. Seul un panneau étai resté dans un état correct et facile a déchiffré. Son indication était l’hôpital. Un endroit où la vie côtoyait la mort chaque jour, les naissances entrainait le bonheur des parents et les morts entrainaient la tristesse des proches. Un lieu paisible et sûr pour les patients qui ne demandaient qu’à aller mieux afin de retrouver au plus vite leurs demeures. Damon n’avait jamais connu ses établissement, il était née dans sa maison entouré de sa famille complètement paniqué par son arrivé, aucun problème n’était survenu durant sa croissance alors aucune raison de connaître un tel endroit. D’ailleurs à l’époque, les hôpitaux ne ressemblaient guère à ceux d’aujourd’hui, en effet les lieux de prise en charge des malades et des blessés étaient une grande pièce où des lits attendaient les patients. En faite, on pourrait comparer cela a un dispensaire mais en beaucoup plus rudimentaire. Les soins n’étaient pas d’une grande efficacité, les opérations connaissait souvent des difficultés qui entrainait la mort pour les pauvres personnes présentent sur la table d’opération. Les avancés scientifique avaient permis de connaître d’avantage le corps humain, ses limites et ses risques potentielles.
Beaucoup de personnes avaient servis de cobaye afin de découvrir des choses inconnues et évidemment très peu avaient réussi à donner un témoignage des atrocités qu’ils avaient pu endurer. C’est homme qui pratiquait ses expériences étaient appelés savant, pourtant ils ne connaissaient en rien les dangers de la vie mais cela ne les avaient pas empêché de devenir célèbre dans le monde entier.
Au but d’un certains temps, Damon arriva enfin devant un immense bâtiment très lugubre, l’hôpital ressemblait plus à un crématoire qu’autre chose. Des fenêtres étaient cassés ainsi des éclats de verre jonchaient le sol déjà rempli de toutes sortes d’objets. Le vent commença à se lever, un bruit de chouette alerta le vampire que la vie était finalement présente dans ses lieux si horribles pour des humains. Dans ses souvenirs un hôpital se trouvait dans un endroit facilement accessible et proche des habitations mais autour de ce bâtiment, il n’y avait pratiquement rien, a par la forêt qui entourait dans l’intégralité de l’emplacement avec ses immenses arbres verdoyants. Une personne souhaitait mettre ses lieux a l’abri des regards indiscrets. La porte d’entrée était grande ouverte, le vent la poussait dans tout les sens et claquait sans arrête contre le mur. Il s’avança vers cette immense porte vitré ou était encore inscrit : Hôpital. Une sensation étrange s’apparat de lui, une sorte de poids sur les épaules, cette endroit avait certainement connu des évènements horribles.
Damon monta les quelques marches et entra dans l’établissement avec enthousiasme. Ce lieu n’avait rien de paisible ni même de reposant loin de là, au sol un immonde carrelage couvre de motifs étrange et loufoque. Au mur, un papier qui semblait blanc a l’origine rempli de cadres représentant des scènes bibliques. Les gens étaient croyants a l’époque, mais les tableaux n’avaient rien de saint ni même de religion, certes on remarquait des scènes très importante de la bible mais les visages des personnages, le décor était atroce et montrait avec insistance la souffrance, la douleur. Les couleurs étaient sombres, aucune couleur vif.
En face de Damon, une table qui faisait surement l’accueil, derrière se trouvait deux immenses escaliers en bois totalement recouvre de tapis rouge. Il ne perdit pas une seule seconde et monta au plus vite afin de découvrir de nouvelles pièces. Un immense couloir s’offrait à lui avec des milliers de portes les uns à côtés des autres, seule une fenêtre éclairait le couloir, aucune lumière ne semblait avoir était installé. Il décida d’ouvrir la première porte sur sa gauche, quelle mauvaise idée. En rien, ce lieu ne ressemblait à une chambre ni même à un bureau mais plutôt une salle de torture pour les humains avec une table avec des chaines, des fouets installaient sur les murs, du sang semblait être incrusté sur les objets.
Damon senti la mort, la souffrance, la peur, la tristesse, tout ceci dans un si petit espace clos.
Il reparti et continua son chemin en ouvrant une deuxième porte sur sa droite cette fois-ci.
Cette endroit ressemblait à un laboratoire très étrange mais presque normal comparait a la pièce précédente. Les hommes faisait certainement des expériences et ensuite aller faire un compte rendu ici. Des feuilles étaient sur le sol rempli d’annotations, de croquis. Son hypothèse semblait plausible. Il retourna dans le couloir et chercha un espace qu’on appelé le four crématoire afin de brulait les preuves et les cadavres. Ce lieu devait se trouver au sous-sol, Damon redescendit tout les escaliers et arrive dans un sanctuaire de la mort, l’odeur qui s’y dégageait écœura le vampire. Un mélange de corps carbonisé et de pourriture régnait ici. Il était impossible pour lui d’atteindre le fond de la pièce tant le parfum était insupportable. Sans attendre, il remonta au plus vite à l’accueil et s’assis sur les marches en réfléchissant et en essayant de comprendre le fonctionnement de l’hôpital. Dans sa logique, les patients servaient de cobaye même si leur souhait n’était celui-ci, certains devaient être soigné afin d’avoir une couverte sur leur véritable attention. Ensuite, les savants venaient ouvrir leur corps et faire des croquis des organes. Mais ils pouvaient aussi leur faire ingérer des médicaments non testé afin de connaître le résultat. Cet endroit n’avait rien d’un hôpital mais plus d’un bâtiment de torture. Soudain Damon fut forcer de quitter ces pensées, des personnes s’approchaient à grand pas pour certains et d’autres a reculons. Quelle ironie ! Finalement il allait bien s’amuser, faire peur aux humains étaient sa spécialité.
Damon ne perdit pas de temps et monta au plus vite au deuxième étage afin de les observer plus attentivement. Sa présence serait surement remarquée mais justement il voulait qu’ils la sentent. Ses humains auront peur et cela va être d’un bonheur pour le vampire vraiment intense.
Revenir en haut Aller en bas

    Sexy and Dangerous Founder

avatar

Rebecca C. Hemilgton


•Ancien métier : : Etudiante en stylisme et serveuse.
•Localisation : Dans le lit d'un certain vampire?
•Messages : 1749
•Date d'inscription : 27/07/2009
•Age : 28

Who are you?
Pouvoirs, et maîtrise (pour les sorciers):: Contrôle la météo (maîtrise 80%) / télépathie avancée : lit dans les pensées et peut partager les siennes (maîtrise 95%) / Absorption de pouvoirs (maîtrise 80%).
Relations::

MessageSujet: Re: Scénario N°1   Ven 25 Déc - 18:44

    [hj : j'ai du faire, plus ou moins, jouer vos persos pour l'avancement du rp ^^]

    Rebecca soupira pour la énième fois en moins d’une minute. Elle était en train de se préparer pour rejoindre les autres personnes de la ville, dans la salle des fêtes, et elle ne savait même pas pourquoi elle s’y rendait. Elle devait être complètement stupide pour y aller alors qu’elle n’en n’avait même pas réellement envie. Elle savait parfaitement qu’elle allait s’ennuyer comme jamais mais comptait quand même y aller. Et tout cela, simplement pour se faire passer pour ce qu’elle n’était pas. Depuis qu’elle était arrivée dans cette ville, elle cachait à la perfection, le fait qu’elle n’était pas très sociable et n’appréciait pas grand monde. Elle préférait montrer une personne tout à fait charmante, qui riait de tout avec tout le monde, qui souriait à qui mieux mieux et qui se sentait merveilleusement bien lorsqu’il y avait du monde autour d’elle. Et cela simplement pour passer plus inaperçus et pouvoir observer les autres sans être observée à son tour. Mais elle savait qu’à un moment ou à un autre, l’agacement l’emporterait et elle craquerait en montrant sa vraie nature. Elle était une jeune femme associable qui ne supportait pas d’être trop entourée. Elle n’avait rien à faire de ce que pouvaient penser les autres d’elle, tant qu’ils ne cherchaient pas à la connaître tel qu’elle était vraiment. Il lui arrivait de mentir sur son histoire et sur ce qu’elle était. Et ça allait très bien si la personne en face d’elle ne cherchait pas à connaître la vérité en se contentant du mensonge. Et jusque là, elle avait eut plutôt de la chance puisque personne n’avait cherché à la percer à jour. Enfin, personne à part cet imbécile de vampire qui en savait déjà beaucoup trop à son sujet mais elle ne pouvait rien faire contre cela car il était bien plus puissant qu’elle, ce qu’elle avait d’ailleurs du mal à assimiler.

    Vêtue d’un pantalon en jean de coton bleu foncé à la coupe droite et d’une chemise d’un blanc immaculé, avec les manches retroussées au niveau des coudes et les trois premiers boutons déboutonnées, Rebecca quitta sa chambre. Elle peigna ses longs cheveux pour les remonter en queue de cheval serrée, mit du mascara et chaussa des ballerines noires. Elle n’en faisait ni trop, ni pas assez. Une tenue parfaite pour passer inaperçue parmi les gens vêtus comme des sapins de noël. Et assez bien habillée pour ne pas être remarquée, non plus, si quelqu’un était vêtu de façon décontracté. Passer inaperçue, c’était là tout ce qu’elle désirait pour le moment. Elle en était encore à la phase d’observation et ne voulait pas que qui que ce soit se mette en travers de cela. Elle n’avait pas besoin de se faire des amis mais pour le moment, pas des ennemis non plus, si possible. Alors pour cela, elle devait se rendre à cette salle des fêtes qui serait sans aucun doute possible, bondée de monde et faire semblant que tout allait pour le mieux, dans le meilleur des mondes.

    C’est donc avec un autre soupir que la jeune femme prit la direction de la salle des fêtes de la ville. Le réveillon de noël…ce serait le premier qu’elle passerait sans sa mère et elle n’était pas sûre de pouvoir supporter cette soirée très longtemps ne serait-ce qu’à cause de ça. Sans sa mère, Rebecca savait que plus rien ne serait jamais pareil. Elle ne fêterait plus jamais noël, parce qu’elle n’en n’aurait plus l’occasion. Elle mourrait avant même d’avoir l’idée de fonder une famille. Elle en était certaine, c’était comme une intuition que, peut-être, elle espérait qu’elle se réalise vraiment. Sa mère était sa seule raison de rester en vie et de faire semblant d’aller bien. Sans elle, elle n’avait plus personne et plus de réelle raison de vivre. Alors elle demeurait là, faisait semblant pour sa mère comme si elle pouvait la voir et la surveiller. Elle avançait de façon automatique, sans vraiment s’en rendre compte. Elle le faisait encore et toujours pour sa mère.

    Dès l’instant où Rebecca entendit la musique qui s’élevait de la salle, elle s’arrêta net, en plein milieu de la route sur laquelle elle se trouvait. C’était une épreuve qu’elle ne savait pas comment affronter. Arriverait-elle à arborer un faux sourire durant toute la soirée ? Ou craquerait-elle avant la fin et enverrait tout et tout le monde sur les roses ? Peut-être provoquerait-elle une violente et dangereuse tempête, pour qu’il y ait un peu d’action…oui c’était géniale comme idée. Elle pourrait s’amuser un peu ainsi. C’est donc revigorée et gonflée à bloc à cette idée, que Rebecca reprit sa marche et entra dans la salle des fêtes qui était, comme elle l’avait prédit, bondée de monde. Elle ne put s’empêcher de lancer un regard dégoûté à l’assemblé. La plupart des femmes, pour ne pas dire toutes, étaient vêtues des plus belles robes de soirée qu’elles avaient put trouver. Lorsque plus de trois étaient regroupées, ça empestait le parfum de marque à plein nez et Rebecca dut retrousser le sien pour affronter l’odeur qui lui donnait un mal de tête atroce. La jeune femme prit son courage à deux mains et pénétra dans l’immense salle trop éclairée, trop odorante, trop bruyante et bien trop bondée de monde.

    Dix interminables minutes plus tard, Rebecca apercevait une jeune femme blonde qui semblait tout autant en retrait qu’elle et désintéressée par la fête qui avait lieu sous ses yeux. En dix minutes de temps, la brune avait eut le temps de réfléchir à un ailleurs où terminer cette longue et ennuyeuse soirée. Lui était alors venu à l’esprit, l’hôpital qu’elle avait aperçut à plusieurs reprises, à l’écart du reste de la ville. L’édifice paraissait très ancien et était visiblement en fort mauvais état. Malheureusement, elle n’avait pas encore eu l’occasion de vérifier cela de plus près et ce n’était pourtant pas l’envie qui lui manquait. Ainsi, décida t’elle de s’y rendre à présent, plutôt que de rentrer chez elle et ne rien faire des prochaines heures à venir. Mais elle songea qu’elle paraitrait moins fille associable et solitaire, si elle ne s’y rendait pas seule. Et son image était encore un peu importante, en ces premiers jours passés dans cette ville abandonnée. Et puis lorsqu’elle vit cette jeune femme blonde qui semblait s’ennuyer à mourir, ou désirer autant qu’elle ne pas être là, elle pensa qu’elle pouvait toujours lui proposer de venir avec elle à cet hôpital qui promettait de grandes découvertes intéressantes.

    Quelques minutes plus tard, la jeune femme blonde, qui se prénommait Laura, acceptait de venir avec elle. Plutôt que de repousser cette visite à plus tard, voir au lendemain, les deux jeunes femmes décidèrent de s’y rendre dès à présent. C’est en quittant la salle des fêtes, que la brune et la blonde, croisèrent un couple de jeunes gens qui s’ennuyaient sans doute tout autant qu’elles à cette soirée. C’est donc pourquoi, Rebecca leur proposa de les accompagner et ils acceptèrent. Tous les quatre, quittèrent donc la salle des fêtes et partirent en direction de l’hôpital. La brune se trouvait légèrement en avant, connaissant à peu près par cœur, le chemin à emprunter pour s’y rendre.

    Le chemin qu’ils durent emprunter, n’était pas éclairé par des lampadaires ou autres moyens électriques mais simplement par la lune, qui leur suffisait à peine pour voir où se trouvait la route à prendre. Plus le petit groupe s’éloignait de la salle des fêtes et moins il y avait de bruit. Bientôt, ce fut le silence total dans la nuit noire qui les entourait. Pas un seul bruit ne venait rompre ce silence absolu. Pas un animal, pas un bruit de feuillage, absolument rien. Rebecca ne prit pas le temps de s’arrêter une seule fois. Ni pour chercher son chemin ni même pour vérifier que les autres étaient toujours derrière elle. Elle avait un objectif, elle savait où elle allait et s’y rendait donc sans hésitation. Tout droit, toujours tout droit.

    Ce n’est que de longues minutes plus tard, que Rebecca s’arrêta de marcher. Elle se trouvait devant un immense édifice qui semblait noir. A cause de la nuit bien sûr mais la vieillesse et la saleté devait beaucoup aider aussi. Les rares fenêtres qui étaient encore en place, étaient couvertes de crasse et il devait être impossible de voir à travers et elles devaient être irrécupérables sans doute. Sans prendre le temps de se poser d’autres questions, Rebecca reprit sa marche en direction de cet hôpital qui semblait presque l’appeler. Elle trouvait ces sombres lieux, fascinants à mourir d’intérêt et elle n’hésitait pas à avancer à grands pas. Lorsqu’elle s’approcha davantage du bâtiment, la jeune femme put voir que la lourde porte de bois s’ouvrait sous les à-coups du vent. Ainsi, n’eut-elle pas à la pousser pour entrer ni peiner à l’ouvrir parce qu’elle était trop ancienne et donc résistante. Rebecca fut donc la première à pénétrer en ces lieux qui n’étaient pas éclairés par quoi que ce soit et dans lequel, il semblait s’être passé d’horribles choses dans le passé. La jeune femme attendit que les autres la rejoignent et un sourire se peignit sur ses lèvres.

_________________
"Si on me demandait ma définition du mot amour, je me contenterais de dire ton nom..."

"Tell me when you hear my heart stop"
You're the only one that knows
Tell me when you hear my silence
There's a possibility I wouldn't know
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://no-mans-land.forumactif.com

    Fearful && Sexy Founder

avatar

Laura E. Lewis


•Ancien métier : : Serveuse dans un bar
•Localisation : Dans la ville...
•Messages : 747
•Date d'inscription : 27/07/2009
•Age : 23

Who are you?
Pouvoirs, et maîtrise (pour les sorciers):: On lui a jeté un sort et lorsqu'elle a peur, sa peau chauffe jusqu'à brûler une personne qui tenterait de la toucher.
Relations::

MessageSujet: Re: Scénario N°1   Lun 28 Déc - 12:23

    On pouvait croire qu’une vieille ville ayant une histoire aussi riche que celles-ci, et étant aussi effrayante pouvait offrir de très nombreux loisirs. Et surtout, qu’elle ne pourrait laisser ses habitants s’ennuyer, il y avait toujours quelque chose à faire. Mais non, la ville était vieille. Bien trop vieille pour accueillir quoi que ce soit d’intéressant. Tout partait en ruines. Les habitants pouvaient, certes, nettoyaient les habitations, les restaurants, les magasins etc, mais c’était lassant. Après tout, mis à part les maniaques, qui voulaient que tout soit niquel ? Et qui avait le courage de passer une longue journée à tout nettoyer ? Et puis, la plupart des personnes dans la ville préférait largement rester chez eux, à l’abri, même en pleine journée. C’était vraiment stupide. Parce que s’ils étaient tous bloqués ici indéfiniment, ils n’allaient tout de même pas passer le restant de leurs jours chez eux, enfermés, à se morfondre quant à ce qui leur arrive. Laura, elle, ne perdait pas un temps considérable à rester chez elle, à ne rien faire, à attendre à longueur de journée. Non, elle allait accueillir les nouveaux quand il y en avait, elle les aidait à trouver un logement disponible, et s’il y en avait besoin, elle les aidait à nettoyer leur habitation, pour avoir au moins le minimum d’hygiène possible.

    C’est en soupirant que Laura se réveilla. Elle commençait à en avoir marre. C’était mal parti. Ils étaient déjà en décembre. Elle tourna le regard vers le calendrier qu’elle avait accroché. Génial, c’était aujourd’hui que tous, ou presque, allaient se rendre dans la salle des fêtes pour fêter noël ! Cela promettait…Elle n’avait vraiment pas envie d’y aller, mais ce serait un moyen comme un autre de faire passer le temps, même si elle resterait à l’écart des autres. Peu importe, de toute façon, elle n’avait rien d’autre à faire, c’était évident. Que pouvait-elle faire d’autre ? Se promener dans la ville ? Déjà fait. Les options s’arrêtaient déjà. Il n’y avait rien d’autre à faire. Elle se dirigea vers la salle de bain, traînant des pieds pour retard le moment où elle devrait sortir, et s’ennuyer à mourir dehors. Elle ne savait pas à quelle heure commencerait la fête. Mais elle n’irait pas trop tôt, histoire de moins s’ennuyer. Elle prit une douche rapide, avant de se brosser les dents et de se coiffer. Elle laissa ses cheveux blonds tombés sur ses épaules et dans son dos. Il fallait vraiment qu’elle réfléchisse. Peut-être finirait-elle par les teindre en noir. Il y avait de toute dans les magasins à côté, il y aurait bien de la teinture. Elle ne s’habilla pas différemment de d’habitude juste parce qu’ils allaient fêter quelque chose aujourd’hui. Elle ne voyait pas pourquoi. Après tout ce n’était que noël qu’ils allaient fêter, pas leur départ de la ville. Elle portait un débardeur blanc, un jean noir et des chaussures à talons aiguilles de la même couleur. Elle attrapa une veste noire au passage, au cas où il ferait froid dehors. Vu qu’elle n’était pas encore sortie, elle ne pouvait dire si c’était le cas avec certitude. De toute façon, elle n’était pas frileuse. Elle alla dans sa chambre, pour la ranger un peu, pour s’occuper jusqu’à ce que ce soit l’heure de se rendre à la salle. Autant dire que ce n’était pas encore le cas.

    Laura passa le reste de la journée chez elle. A tourner en rond, ne sachant pas quoi faire. Elle s’installa finalement sur le canapé, un livre en main. C’était une de ses passions ; la lecture. Elle aimait beaucoup, et aimait en découvrir de nouveaux. Elle eut le temps de terminer le livre, et lorsqu’elle leva la tête pour regarder l’heure, elle s’aperçut qu’il était temps. Elle retourna donc à la salle de bain, pour se maquiller avant de partir pour de bon cette fois. Elle mit un peu de crayon et du mascara avant de boutonner sa veste. Elle soupira une énième fois et sortit en claquant la porte derrière elle. C’était désespérant de se dire qu’elle passerait plus de quatre heures avec de parfaits inconnus dans une pièce bondée avec comme seule occupation, celle de regarder les personnes s’amuser. Tant mieux pour eux, au moins ils étaient contents d’être coincé dans cette ville ! Mais ce n’était pas du tout le cas de Laura qui préférait être n’importe où au lieu d’ici.

    Sans s’en rendre compte, ses pas l’avaient mené à la salle des fêtes par le chemin le plus rapide. Lorsqu’elle se rendit compte qu’elle était déjà là-bas alors qu’elle ne s’en était même pas rendu compte, elle ne put s’empêcher de soupirer une fois de plus. Cette soirée promettait d’être vraiment longue. Et puis, pourquoi était-elle venue, après tout, elle n’y était pas obligée ? Laura ne savait plus que penser. C’est vrai, pourquoi était-elle venue si elle avait eu le choix ? Elle leva les yeux au ciel par sa propre bêtise. Dire qu’elle aurait tranquilement pu rester chez elle, à lire, encore et encore, et à fêter noël seule. Cependant, elle poussa la porte, maintenant qu’elle était là, autant y aller. Cela ne pouvait pas être si terrible que ça après tout, non ? En se rendant compte le nombre incroyable de personnes inconnues, ou qu’elle connaissait seulement de vue, elle se dit que finalement, si, ce pouvait être si terrible. Il y avait tellement de monde, tellement de monde qui feraient semblant, ou pas, de sourire alors qu’en réalité, ils étaient bien plus préoccupés par la perspective de rester dans la ville bien trop longtemps. L’éclairage était assez violent, et la musique bien trop forte. Dès lors, Laura sentit un mal de tête atroce venir et elle alla s’asseoir dans un coin, à l’écart des autres, à l’écart de la fête qui se passait au centre de la grande pièce.

    Elle ne bougea pas, se contentant de regarder autour d’elle les personnes s’amuser. Elle se demandait comme ils faisaient, comment ils arrivaient à être heureux, à sourire, par de telles conditions. C’était encore bien plus désespérant de se dire qu’il n’y avait que peu de chance qu’ils ne soient réellement heureux, et qu’ils étaient très certainement en train de se mentir à eux-mêmes. Laura trouvait cela très stupide de faire semblant. Certes, c’était censé être un soir de fête. Mais pourquoi faire les choses normalement alors que personne n’était réellement normale, ou presque, ils cachaient presque tous un secret. Il y avait des gens très bizarres qui n’inspiraient pas forcément la confiance. Déjà, il y avait des sorciers qui devaient bien s’amuser à l’idée d’autant de monde dans une salle. Et des ensorcelés, comme Laura, qui étaient touchés par un sort d’un des sorciers leur avait lancé. Laura ne savait comment réagir face aux sorciers. Elle n’avait pas de la haine envers eux, elle était même avec ami avec certains d’entre eux, et elle se fichait totalement à l’idée que, peut-être, ils avaient lancés un sort à quelqu’un d’autre. Après tout, elle ne connaissait rien d’eux, et ne pouvait pas les juger sans ne rien savoir sur leur passé, sur leur vie, ni sur quoi que ce soit.

    Laura fut coupée dans ses pensées par une jeune femme brune qui s’approcha d’elle. Malgré le vacarme alentour, elle réussit à la comprendre et elle lui sourit. Elle semblait aussi peu heureuse à l’idée de passer la soirée ici. La jeune femme, qui se révéla s’appeler Rebecca, lui proposa d’aller se promener vers un hôpital qu’elle connaissait vaguement dans le coin. Un hôpital où personne n’avait encore osé mettre les pieds. Laura regarda autour d’elle et se dit qu’après tout, plutôt que de passer une soirée ici à s’ennuyer, autant aller affronter ses peurs, n’est-ce pas ? Elle accepta donc, et, accompagnée de la jeune femme, elles sortirent. A peine Laura eut-elle inspirée une grande bouffée d’air frais, elle sentit son mal de tête se dissiper et fut même heureuse à l’idée de se rendre dans un hôpital, même si sur les lieux, elle rigolerait peut-être moins. Mais cela restait encore à voir.

    Les deux jeunes femmes marchèrent côte à côte, d’un pas assuré. Laura enfonça les mains dans ses poches et suivit Rebecca qui semblait déjà savoir où se trouvait l’hôpital. Elle marchait devant, comme si elle savait où elle allait. Elle semblait l’avoir déjà vu de loin, mais ne devait jamais y être allé. Bizarrement, dans sa petite veste et avec son petit débardeur, Laura n’avait pas froid. La jeune femme blonde regarda le sol qui était éclairé par le soleil. Elle releva la tête lorsqu’elle se rendit compte que Rebecca parlait à deux jeunes personnes qui semblaient eux aussi sortir de la salle, et sûrement, qui s’ennuyait autant qu’elles là-bas. Rebecca leur proposa donc de les accompagner, et ils acceptèrent, apparemment ravis à l’idée de quitter la fête.

    C’est à présent à quatre qu’ils avancèrent sur les chemins boueux, parfois lisses, et parfois couverts de pierre. Le bruit de leurs pas était la seule chose qui rompait le silence qui s’était installé entre eux. Aucun ne semblait avoir l’envie de couper ce silence qui faisait un bien fou après la musique qui n’avait cessé de leur crever les tympans à l’intérieur de la salle. Ils marchèrent longtemps, n’interrompant pas une seule fois le silence étouffant. Un immense bâtiment noir se tenait à présent devant eux. Evidemment, ce ne devait pas être sa couleur naturelle, mais la vieillesse, la nuit, et beaucoup d’autres divers facteurs devaient jouer dans sa « transformation ». Des coins de murs semblaient sur le point de s’effondrer, de longues et fines fissures faisaient leurs apparitions en traversant les hauts murs. Le vent secouait à tous leurs cheveux, qui s’agitaient légèrement. La vue était digne d’un film d’horreur. A présent qu’ils avaient cessés de marcher, beaucoup de bruits se faisaient entendre autour d’eux, mais finalement, c’était peut-être juste l’imagination de Laura qui lui jouait des tours. Sous la pression du vent, la lourde porte d’entrée s’ouvrit dans un grincement infernal. Rebecca entra à l’intérieur la première, et tous suivirent derrière elle. La jeune femme brune avait un sourire aux lèvres, à croire qu’elle avait attendu ce moment depuis très longtemps.

    A l’idée que de nombreuses personnes étaient mortes à la suite d’une petite ou grosses maladie dans ces lieux sombres collèrent des frissons à Laura qui croisa les bras sur sa poitrine. Elle n’avait pas peur, du moins pas encore, et son don n’était pas encore déclenché, mais elle préférait faire attention et surtout, ne toucher personne. Ce serait plus sûr. Laura avança de quelques pas, et se retrouva bientôt face à un large et énorme escalier qui menait aux étages supérieurs. Ils étaient dans une grande pièce qui faisait office d’accueil. Peut-être, y avait-il eu un bureau à une époque ? En tournant la tête, Laura se rendit compte, qu’en effet, il y avait eu un bureau, et il était d’ailleurs toujours là. Mais il semblait sur le point de s’effondrer, et la chaise qui était enfoncée sous le bureau devait être inutilisable. Des toiles d’araignée recouvraient le tout, et les coins de murs et du plafond en étaient plein aussi. Mais rien dessus, aucune araignée. Peut-être étaient-elles toutes mortes avec le temps ? Dans un autre coin, il y avait aussi des fauteuils, côte à côte, qui semblaient encore attendre que des personnes s’assoient ici. L’hôpital était vraiment vieux, on ne pouvait avoir aucun doute là-dessus. A l’étage supérieur, il devait y avoir les bureaux des différents médecins, et des locaux moins importants. Peut-être même des pièces pour y disposer les patients qui souffraient de la peste, pour éviter qu’elle ne se propage, ils devaient être enfermés.

    Laura continua son inspection de la gigantesque pièce et se rendit compte qu’il y avait de très nombreuses doubles portes vitrées où devaient être emmenés les malades après leur arrivée, pour les cas qui ne devaient pas attendre. Le bâtiment devait être chargé d’histoire, comme le reste de la ville à vrai dire. Laura se demanda combien de personnes étaient passées par là, mais surtout quand. On ne pouvait pas être certain de cela, mais à la vue de vieux fauteuils roulants qui étaient bons pour la casse, Laura put se dire que cela faisait très longtemps. De très nombreuses années. De vieux papiers défraîchis étaient empilés sur le bureau. Usés, ils étaient illisibles. Lorsqu’un bruit se fit entendre dans les étages, Laura sursauta et ne bougea plus. A l’idée que, peut-être il y avait quelqu’un plus haut, elle sentit ses mains chauffer jusqu’à en devenir brûlant. A croire qu’elle était une véritable peureuse, après tout, c’était peut-être le cas. Mais si elle était là, c’était bien pour quelque chose non ?

_________________

©️October
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Anastacia Jefferson


•Ancien métier : : étudiante
•Localisation : dans mon lit hihi
•Messages : 254
•Date d'inscription : 29/11/2009
•Age : 27

Who are you?
Pouvoirs, et maîtrise (pour les sorciers):: //
Relations::

MessageSujet: Re: Scénario N°1   Lun 28 Déc - 22:51

Sous la couette, une boule c’était formé cette dernière commençait à se remuer cherchant certainement un autre moyen de se rendormir, malgré plusieurs essais , tous échoua sans peine. Ana’ sorti sa tête de dessous cette grosse couette blanche ,les cheveux en bataille ,elle s’étira :lâchant des petits soupire de bien être mais de fatigue aussi .Elle n’était pas totalement rassasier a niveau du sommeil , elle n’ avait qu’une envie se replonger dans les bras de Morphée . Après quelque minute de feignantisme dans le lit Ana’ se décida enfin à sortir de ce lit ,qui avait tellement l’aire vieux. En même temps comme dans toutes les autres maisons, tout était vieux mais certaines chose méritait d ‘avoir une seconde vie .Elle se leva d’un bon et en fila son peignoir. Elle avait prit quelque habitude ici comme déjeuner et prendre le temps de tout il faut dire qu’ici elle avait le temps de tout, mais tout ne résumée pas très bien les chose. Elle avait le temps pour ce qu’elle voulait faire découvrir cette ville aux allure aussi lugubre qu’étrange .Mais bizarrement ce faire peur n’effrayait pas plus que sa notre belle blonde non au contraire cela lui faisait plus de bien que de mal .Elle adorait cette sensation de nos contrôle c’était tout de même agréable mais pour cela il faut avoir confiance en soi .

La peur ! Une sensation aimer et détestait à la foi non ? Sans doute certains aime cela jusqu’à ce procurait cette sensation tout seul ,idiot ?Non juste des personne en soifs de sensation .C’est toujours mieux que ceux qui ce cache de tout ,espérant que rien ne leur arrive .Chaque peur est différente et se dirige vers certaine chose , certains auront peur de rien seront courageux mais a la vue de certaine petite chose qui peux être rien aux yeux des autres, pour eux sa sera la chose la plus horrible . Pour la belle blonde sa phobie n’est que selle des requins, une peur horrible mais cela ne l’empêche pas de regardez des films avec c’est animaux qui ont les rôles, les plus monstrueux de tueurs .La belle aime sa et fait tout pour ressentir cette peur, une drogue, une bonne drogue dure moins dangereuse que les produit illicite j’en doute qui c’est ce qui peux arriver aux jeux de la peur. Mais la question n’est pas la , enfin pas encore.

Ana’ était assise sur une chaise face à la table croquant dans sa golden ,rêvassant à plusieurs chose pas très précise dans sa tête non loin de la . Elle se leva, se dirigea vers la salle de bain et rentra dans la douche. Elle fit couler l’eau sur sa peau et se laissa aller .Après une demi heure, elle sortit de la douche propres comme un sous ^^. Elle attacha ses cheveux une fois essorés correctement, elle prit dans sa valise un jean slim noir et un pull long caramel. Sa valise êtes vous choquée ? Et bien oui la demoiselle était comme tout le monde enfin sans se mentir ,elle savait qu’elle voulait s’en aller mais il fallait qu’elle se fasse une raison ,il n’était pas encore temps de s’en allez de No Man’s Land . Elle enfila c’est affaires choisi vite fait puis coiffa sa chevelure blonde. Elle avait une mine assez reposée mais avec une pointe d’amertume .Aujourd’hui qu’allait elle faire ? Une question qu’elle se posait tout les jours et aux qu’elle, elle ne répondait qu’aux moments venue, elle passa dans le couloir pour prendre une paire de chaussure et s’arrêta net devant le calendrier, qui était là au moments de son arrivée avec Nate. Elle regarda et vu qu’en ce jour : on était le 24 décembre.

Noël !Douloureux , certainement mais juste au mots des autres ,un noël pour elle c’était son ordinateur ,son téléphone devant la télé devant quelque film de Noël qui montrait de si bon Noël que elle jamais elle n’avait connue et qu’elle n’était pas prête à connaître non plus .C’est parents était en gala avec leurs amis , leur fille seule dans cette immense maison ,seule un mots qui ne sonnait plus faux à ses oreilles ,ni à ses yeux ,elle savait ce que c’était d’être vraiment seule et ce n’était pas une tare à vivre mais lorsque cela devient une habitude comme le dit si bien Ana’ ce n’est plus un problème mais une vie normale, où tout rime avec seul . Elle se rappela qu’elle avait entendu dire et reçu une lettre qui conviait Nate et elle-même à la fête de Noël de No Man’s land.

Lorsque ces deux là ouvrit la lettre , tout deux était assez retirait , mais finalement avait acceptée ,elle pour lui ,elle avait cru comprendre que cela lui plairait enfin elle avait cru .Qui c’est pourquoi lui avait accepte peut être croyant qu’elle en avait envie . Cela ne la réjouissait pas une soirée àdeux normale posée avec Nate était tout aussi bien même si la compagnie des autres ne la gênait pas plus que sa. Mais bon leur compagnie ne lui manquée pas non plus. Du coup aujourd’hui Ana’ ne bougea pas redoutant l’heure de se rendre à cette petite fête.

Pour cette occasion Ana’ n’avait pas juger bon de ce changer pour elle Noël n’était pas autre chose qu’un autre jour. Alors toujours dans son slim , son pull et ses botte montante qu’elle s’y rendra c’était décide puisqu’elle était maintenant à une rue de l’endroit où ce déroulait la fête ,à coter d’elle Nate , elle était bien heureuse qu’il était la .Ana’ au regard agrandit par son trait d’eyeliner ,de son mascara et de son crayon ,ouvrit la porte de la salle des fêtes .Et ne fut pas surprise par le bruit que pouvait infliger cette fête . Elle rentra suivit de son chéri .Qu’une envie lui vient s’elle de s’enfuir mais elle prit sure elle regardant au tour d’elle et espionnant chaque geste des autres ,qui c’est elle arrivera peut être à découvrir ce qui rendait certaine personne assez étrange a ses yeux .

Elle s’installa à une table libre ,flirtant avec tout l’univers de cette fête toute les couleur et les objets était la pour rappeler qu’elle jour nous étions ,tous reflétaient un sourire flamboyant à l’exception de certains ,quant à elle ,Ana’ avait un sourire petit et évinçait par son envie de découverte , elle regarda Nate et compris qu’il fallait qu’ils sortent ils étaient d’accord en un regard ce n’était pas leur truc . Ils sortirent tout deux de la salle, sans un mot pour se comprendre, la porte claqua sur elle-même.

Ana’ marchait un peu après Nate, d’un pas normal mais remplies de conviction. Lorsqu’elle croisa le regard d’une jeune femme brune ,assez pressée ,cette dernière proposa quelque chose d’alléchant au goût d’Ana’ même très alléchant qui allait la faire sortir un peu et peut être lui donnait une bonne peur et une bonne dose de sensation forte «  Alléluia » pouvait elle dire et « merci » a ses deux jeune femmes qui venait de lui proposait ceci. Ana sans vraiment réfléchir lâcha un «  oh, moi je vient ! » sans vraiment à l’avis de son bien aimée, non pour elle c’était la meilleur chose à faire lors d’un jour de fête découvrir. Bien sur Nate accepta par la suite pour qu’elle raison personne ne le saura à moins que l’envie lui viennent de la laisser échapper pendant la route que devait effectuait les quatre jeune gens.

Le périple pouvait enfin commençait ,la jeune femme brune qui se prénommée Rebecca était sur de la route et avait l’aire d’être pressée ,la jeune femme blonde , Laura elle avait l’aire assez réticente mais avait comme l’aire d’en avoir envie mais qui ce que chaque personne de ce petit groupe pouvait pensée de ceci . Nate marchait derrière Ana’ .Quant à elle son réflexe était de voir si ce dernier était bien encore derrière tout en faisant attention au sol qui était comme explosée à certains endroit ,la lumière était peu présente . La seule qui éclairait vraiment était selle de la lune.

Ana’ était la prochaine à faire son entrée dans le lieu qui était a visité comme le reste de la ville cet endroit était peux conviviale comme tout sauf que celui-ci donner une envie de s’en fuir ,mais Ana’ étai courageuse et malgré tout sa elle franchisa cette porte lourde et déformé par la pluie ,une porte ancienne qui nous le faisait comprendre par c’est gondolement causé par la pluie ,et les boulons rouillée de couleurs différente à croire que certains avait était échanger en cour de route certains était rouilles fortement d’autre beaucoup moins . Ana’ fut étonnée du silence qui régnait dans cet endroit. Pourtant la forêt elle était remplie de bruit mais l’endroit qui était juste a coté ne laissait paraître rien d’autre que le silence glaciale. La pièce dans la qu’elle tous posèrent les pieds était certainement l’accueil avant.

Des bruit se faisait entendre au dessus cela effrayée la belle blonde mais le goût du savoir valait celui de la peur. Et puis elle se disait que peut être allez -t-elle comprendre tout ce qui rendait certaine personne étrange a son regard . Et en découvrir plus sur cet endroit .

En tout cas elle était prête à tout enfin est-ce vrai ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Nate Weasley


•Ancien métier : : Lycéen
•Localisation : Derrière toi !
•Messages : 536
•Date d'inscription : 29/07/2009
•Age : 21

Who are you?
Pouvoirs, et maîtrise (pour les sorciers)::
Relations::

MessageSujet: Re: Scénario N°1   Mar 29 Déc - 19:27


    Noël, qui n'en a jamais passé un désastreux? Le fait de chaque année, devoir se rappeler les mauvais souvenirs qui se rattachent à cette fête pour certains, était déjà bien assez douloureux. Mais fallait-il encore, que tous les ans nous supportions les conneries commerciales de cette fête, les décorations de la maison et du sapin, plus tous les gamins qui se croient heureux en ce jour si unique... Mais voila, jamais ne se passe comme tout le monde l'avait prévu, et on fini par regretter d'avoir donné cette soirée qu'on pensait être tellement parfaite. Alors on retourne chez soit, et on va se coucher parce que finalement on se rend compte que Noël n'est qu'un jour comme les autres et qu'on aurait préféré que ce jour n'est jamais existé, ou soit le maximum repoussé. Nate avait horreur de toutes ces fêtes déjà, mais avec celle-là, c'était bien plus que de la haine. De la colère et du dégoût, de la tristesse et donc de la haine. Qu'avait-il pu se passer pour que de tels ressentiments lui parviennent? Le fait que l'on lui annonce que croire au père noël n'était sincèrement pas une bonne idée?! Non ce serait bien trop ridicule que de croire cela, et ce ne serait pas assez fort pour le faire détester à un tel point cette fête. Alors, pourquoi? C'était un vingt quatre décembre, tout ce qu'il y avait de plus normal, jusqu'à ce que ça ne dégénère à cause d'abus d'alcool! Une bagarre générale, du sang, et vite fait du petit monde à l'hôpital, alors quoi demander de plus? Pour une fois qu'absolument toute la famille était réunie, du moins presque, et qu'Aaron et Nate avaient décidés de faire la paix ce soir là spécialement... Enfin, ceux qui n'ont pas vécus ça ne peuvent le comprendre, c'est d'ailleurs pour cela que le jeune homme n'en a jamais parler à personne, et même pas à Anastacia! C'était bien trop douloureux pour lui de revivre le passé ne serait-ce que par de simples paroles...

    Voila d'ailleurs l'unique raison, du fait qu'il soit si souvent seul en cette période. Il n'aimait déjà pas être entouré de trop de personnes, et devenait plus étrange encore que la normal, autant vous dire que ça fait de lui un garçon vraiment bizarre et très distant. Peu causant, de toute manière ça n'a jamais été son truck. Ils avaient de plus, la veille reçu une invitation, invitation à justement la fête qui se tenait pour noël, alors qui l'avait mis en place, je ne sais pas! Mais qui pourrait penser à faire la fête dans une ville comme ça? Qui plus est une fête que Nate trouvait commercial et qu'il n'aimait pas, alors à quoi bon y aller? Mais le garçon avait accepter, il pensait que ça ferait plaisir à Anastacia de sortir un peu, et puis si ça se trouve, elle aimait cette fête. Oui puisque la preuve, certains ne la détestaient pas, ou pas encore. Il allait donc faire un effort, bien que n'en ayant sincèrement pas envie. Au moins, il ne sera pas obligé d'arborer un de ces faux sourires qu'on voit souvent chez les gens hypocrites comme il devait y avoir dans la ville, puisque lui ne souriait de toute façon jamais. Alors il allait devoir y aller, et cela ne l'enchantait guère. Même pas un peu. Durant cette nuit, il ne parvenait à dormir, pensant encore à cette soirée de noël quand il avait douze ans. Chaque année c'était la même chose, Nate sortait la nuit en douce pour se remémorer certaines choses dans la ville où il était né, mais là il ne pouvait plus. Oui c'était comme devenu une tradition pour lui, se lamenter sur un passé qui ressurgit chaque année. Alors là, le garçon était tout de même sortit. Il fut d'ailleurs étonné de voir quelques habitations décorés, et se demandait à quoi ça pouvait bien leur servir tout ses machins... Enfin bon, il tenta alors de faire abstraction à l'environnement qui l'entourait. Les heures passèrent encore et encore, le garçon préféra rentrer avec qu'Ana' ne s'aperçoive de sa présence et se mette à lui poser des questions. Puisqu'il fallait se douter que Nate ne répondrai jamais à certaines de ses questions de toute manière, enfin bon. Il retourna alors dans ce qu'on pourrait presque appeler une habitation, je dis bien presque et retourna dans le lit. Mais voila qu'il ne dormait toujours pas, forcement, pas moyen de fermer l'oeil.

    Voila le matin, Nate se réveilla en avance, attendant qu'Ana en face de même. Le matin il ne mangeait rien, et ce n'était pas exception à cette ville bien entendu, seulement une habitude. Les heures défilèrent tellement vite, en même temps le jeune homme ne désirait pas du tout aller à cette fête. Il n'était pas habillé spécialement bien, du moins pas sur son trente et un, ça ne servait à rien. Une chemise blanche, un jean noir et puis voila quoi. Pas de cravate rien, pour lui c'était un jour comme les autres. Anastacia s'était réveillée, il la regarda comme tous les matins prendre son déjeuner, sans parler, sans sourire, sans rien. Ce n'était pas très agréable la vie avec lui je vous l'accorde. Mais si Ana arrivait à faire avec, c'était tant mieux!
    Nate ne sortit pas de la journée, il tentait tant bien que mal de se sortir du fait que ce soir il allait revivre encore une fois son passé, en boucle dans sa tête, et que c'est toujours mieux de déprimer quand on est seul. De plus garçon ne connaissait pas les autres gens, puisqu'il était solitaire, en fait les seules personnes qu'il connaissait était Anastacia et Aaron, du moins pour le moment. Associable, je ne vous le fait pas dire. En parlant d'Aaron d'ailleurs, lui s'était légèrement calmé depuis leur arrivée dans la ville, mais avait préféré prendre un logement à part, surement parce que ça l'énervait de voir Anastacia et Nate. Bien depuis il ne l'avait pas revu son frère, et n'allait surement pas venir à cette soirée bien qu'ayant du être invité. Ah il en avait de la chance lui! Se la jouer ermite et louper une fête de noël, Nate était sur la bonne voie pour devenir comme lui, après tout ils n'étaient pas frères pour rien n'est-ce pas?

    Enfin bref, Nate était resté assis, sur le lit, à regarder sa montre pendant toute la journée. Les secondes, les minutes, et les heures ne paraissait être en réalité qu'un millième de seconde à chaque fois tellement elles passaient vite. Il n'avait trouvé aucune autre occupation pendant tout ce temps, il faut dire que le garçon n'avait pas cherché bien loin. Alors le garçon se leva, et avec Ana', se dirigèrent vers cette fête tant redoutée du jeune homme. Rien que quand Anastacia poussa la porte, il soupira. Quoi rêver de mieux? Une salle bondée de monde que l'on ne connait pas, parmi eux pourraient se dissimuler des gens peu normal comme Nate... Enfin bref, le garçon et sa compagne allèrent se mettre dans un coin où ils étaient sûr que personne ne viendrait les voir. Le regard vide, Nate ne savait que faire pour partir d'ici. Mais à son plus grand soulagement, Ana' devait également en avoir marre, alors ils sortirent tout deux, voila qui allait déjà bien mieux. Ils marchèrent puis s'arrêtèrent quand deux filles vinrent vers eux. Une proposition forte alléchante certes, et comme Nate se sentait bien mieux qu'avant dans cette ville, il s'était calmé, le jeune homme n'allait pas refuser! Il se contenta d'arborer un léger sourire, pour une fois, comme réponse positive. Il n'avait pas encore été dans cet hôpital, alors pourquoi ne pas le visiter un de ces jours? De plus en pleine nuit, c'était toujours plus marrant qu'en journée. Alors sans rien dire toujours Nate laissa passer sa bien aimée devant lui puis commença à marcher derrière les trois jeunes femmes, dont une qui semblait déjà connaître le chemin de cet hôpital. Nate ne les connaissait peut-être pas ces deux filles, mais bon, c'était toujours mieux que de s'ennuyer à cette soirée qui lui aurait sans doute paru interminable.

    Le jeune homme fut le dernier des quatre à entrer dans l'hôpital, pas à cause d'une certaine peur surement pas non, surtout parce qu'il laissait les filles passer. Le hall d'entré était plutôt lugubre, une peinture commune partout, et des fenêtres pour la plupart brisées, et si ce n'était pas le cas, la poussière se chargeait de les détériorer. Mais cela semblait tout de même bizarre que certaines fenêtres se portaient à peu près bien, et d'autres pas du tout. Cette ville était étrange en soit certes, mais quand même, ça pourrait foutre la trouille! Enfin, on se demandait quand même comment cela était possible étant donné que normalement, du moins on pourrait penser que cette ville était ancienne...

    Nate prit instinctivement la main d'Anastacia, après tout on ne sait jamais ce qui pouvait se passer ici. Il se sentait plutôt mal à l'aise, puisqu'il ne savait pas, du moins pas encore que l'une des deux jeunes filles qui les accompagnaient était également une sorcières. Et puis même, qu'est-ce que ça pourrait bien changer de savoir cela? Au moins, ils allaient peut-être passer une bonne soirée, et peut-être même s'amuser, enfin ce n'est pas très sûr hein?!

_________________
ABSENTE DU 25 / 02 au 02 / 03

Avatar et signature by Lessiem MERCI =)
Toi seule peut me redonner le sourire que je pensais avoir perdu.
Anastacia Jefferson
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Lou C. Deschannel


•Messages : 499
•Date d'inscription : 12/11/2009

Who are you?
Pouvoirs, et maîtrise (pour les sorciers):: Donner vie aux jouets.
Relations::

MessageSujet: Re: Scénario N°1   Mer 6 Jan - 23:23

(Becky, j'ai considéré que notre rencontre était avant le scénar', hein... Par contre Laura, notre rp se situera après?)

24 décembre. Un jour somme toute normal pour notre petite Lou et ses compagnons.
Le soleil n'était pas levé. Il devait être moins de cinq heures du matin. Mais Lou était éveillée, bien éveillée. Elle repensait à l'arrivée de tous ces gens. Cela datait, mais il arrivait fréquemment que la petite fille se pose des questions. Elle se questionnait sur tout un tas de choses inintéressantes, qui amenaient d'autres questions inintéréssantes, et parfois, elle tombait sur un filon d'or. Une phrase, un élément, s'illuminait dans son cerveau, et elle commençait à divaguer autour de ce détail. Elle laissait courir son imagination, puis revenait à la réalité avec un soupir. Ce matin était de ceux-là : un matin à questions.
Les gens qui entraient à No Man's Land avaient tous tentés au moins une fois d'en sortir. L'idée de s'échapper de la ville n'était jamais venue aux Enfants auparavent. Comme Maggie, comme Benji, comme Non'iami sûrement, Lou avait observé les nouveaux arrivants. Pas dans le but d'en attrapper un pour jouer à le torturer, mais juste pour essayer de comprendre. Et au lieu de comprendre, elle avait vu des choses. Qui pour tout gamin normalement constitué, aurait été incroyable, fascinant, terrifiant, ou quelque adjectif dans l'esprit de tous ceux que j'ai cité. Mais pour Lou, la Magie, le Surnaturel, étaient des choses banales. On ne lui avait pas inculqué, à elle, à être raisonnable dans ce sens-là. Et après tout, n'était-ce pas elle qui avait le pouvoir de donner la vie à ses jouets ? Elle était même capable de leur donner une âme ; ce qu'elle n'avait fait qu'avec Non'iami, mais la poupée de porcelaine était la preuve -unique- que c'était possible.
Lou avait donc découvert des sorciers. Une jeune femme brune pouvait faire tomber de la pluie. Elle avait deviné la présence de victimes en tout genre. Puis elle avait aperçut un vampire en plein festin. Elle n'avait pas trouvé cela joli, mais s'était dit que c'était ainsi que la vie était parfois faite. Elle avait préférée éloignée Non'iami à l'âme sensible plutôt que d'intervenir. Elle ne l'avait d'ailleurs pas regretté par la suite, lorsqu'elle eut vu ce dont les vampires étaient capables. Elle en avait observé un, deux, dix, elle ne savait pas trop. Parfois, elle ne distinguait pas le visage, caché par le corps ensanglanté des victimes. Tout mourrait sous les crocs des enfants de la Nuit : humains comme animaux. D'ailleurs, un vampire était mort sous la force colérique du gamin qui contrôlait la Nature (me rapelle plus le nom du PV). Lou avait été l'unique spectatrice du spectacle, et elle était restée loin, très loin, de l'ouragon factice de feuilles, de vent, de glace, de soleil en pleine nuit. C'était elle qui avait rapporté le corps du gamin au refuge, car après un tel acharnement magique, il s'était évanoui. Elle n'avait rien raconté à personne, et le petit n'avait pas demandé ce qu'elle avait vu.
Récemment, Lou avait également fait connaissance avec un tortionnaire, qui ne lâchait pas son criminel des yeux. La petite avait trouvé cela absolument idiot. Rester le regard fixé sur les menottes d'un criminel repenti depuis des années, alors qu'on mourrait d'envie de chercher une solution pour rejoindre le reste du monde. Parce que "l'homme pouvait être dangereux". Que d'la merde, somme toute. Et puis quelques jours plus tôt, lors de la pleine Lune, la petite fille avait encore découvert une nouvelle espèce. Elle espérait bien être arrivé au bout de ses peines, mais peinait à y croire. Et puis après tout, se disait-elle, plus on est de fous, plus on rit ! haha.
Un premier rayon de soleil perça l'abri des Enfants, et Lou sentit du mouvement du côté de la petite chambre des Soeurs Hale. Heureusement, la Reine dormait encore -ce n'était que l'aînée qui s'étirait comme un chien mal famé. Elle semblait comme toujours de mauvaise humeur, et donna un coup de pied dans le mur.
« Mauvaise nuit ? Un cauchemar, peut-être...? » La voix de Lou n'était qu'un murmure, mais l'ironie perçait. Toujours, avec les soeurs Hale. Elles étaient amies, au fond, mais leur relation était à double tranchant, et l'idée qu'une Hale puisse cauchemarder amusait la petite magicienne au plus haut point. La Nuit ne fait pas de différence entre les victimes et les tortionnaires. La blondinette répondit par un grognement, alla se servir un verre d'eau dans la caraffe puis retourna se coucher. Lou laissa échapper un petit rire et retourna à ses rêveries. La maisonné allait bientôt s'éveiller toute entière.
Elle jeta un oeil sur Non'iami endormie. A vrai dire, il semblait qu'elle soit accro à sa poupée. Chaque matin, elle l'observait pendait une longue minute, parfois plus, et chaque soir aussi. Elle observa son petit test comme chaque jour ; elle prit un petit couteau aiguisé, attrappa la douce main de son amie, et traca un sillon sanglant. En quelques secondes, la plaie fut refermée, et Non'iami n'avait pas bougé. Le bon de la belle blonde étonnait toujours autant son amie. C'était exactement ce qu'il lui fallait : immunisé contre la douleur, elle n'était pas une cible évidente pour le reste des Enfants, face aux quels elle aurait été parfaitement incapable de se défendre.
Le soleil commençait sa montée dans le ciel blanc de l'hiver. Ses rayons blessaient les yeux qui s'y posaient. Lou enfila un vieux jean bleu et large à multiples poches, des baskets vertes fluos qui montaient jusqu'aux chevilles, un débardeur moulant jaune fluo, et un gros pull de laine, troué de partout. Les mains dans les poches, elle quitta la maison de bois et commença sa balade matinale. Elle n'avait pas envie de rester dans la forêt ; elle n'avait pas envie d'aller observer les reflets de la Nature sur la surface mouvante de l'eau ; elle n'avait pas envie de faire un bouquet de paquerettes ; elle n'avait pas envie d'étudier ; elle n'avait pas envie de jouer avec des peluches ou des statuettes ; elle n'avait pas envie de regarder un film ; elle ne voulait pas non plus danser, chanter, rire. Elle décida d'aller fouiner du côté habité de la ville.
Là, elle eut un bonne surprise. Quelque chose se préparait. Il ne régnait pas l'habituelle atmosphère pesante de rien-du-tout, d'inaction, de désespoir. Ce jour-là sentait les rires, les tristesses, les souvenirs, les fêtes... Lou parvint finalement à y poser le mot : ce 24 décembre sentait les cadeaux. En effet, elle put rapidement apercevoir des gens habillés comme un jour de fête, qui faisaient leurs emplettes. Chacun voulait oublier la situation, et ils cherchaient des cadeaux à faire aux autres. Les femmes offraient à leurs amants, les ados espérait recevoir de l'argent désormais inutile mais attrayant tout de même. Certains préféraient se plonger dans la mélancolie de la mémoire. Pour tous, ce jour semblait particulier.
La gamine se renseigna. Elle posa des questions aux moins effrayés, elle fouina, elle écouta. Ils appelaient ce jour Noël. Ils parlaient d'un Père. De rennes, qui volaient dans le ciel, accrochés à un traineau, et distribuant des cadeaux aux enfants sages. Bientôt, des statues en cartons firent leur apparition un peu partout dans les rues. Elles représentaient un monsieur gros, vêtu de rouge et de blanc avec une énorme barbe, un nez rouge, un chapeau bizarre avec un pompom qui pendait sur le côté. Il souriait tout le temps, et Lou fut tenter d'animer l'une des effigies. Elle en prit une à l'écart, et se concentra.
Ses petits yeux se plissèrent, fixant le morceau de carton colorié. La magie s'opéra.
D'abord, on ne put qu'observer une lueur dans le regard. Puis le visage s'ébranla dans un éclat de rire gras et bas. Enfin, les bras, les mains se mirent en mouvement. Le vieux bonhomme marchait en répétant "hohoho" gentiment. Lou observa son oeuvre avec un grand sourire sur les lèvres. Ce serait son cad
eau spécial à elle -elle était persuadé que les nouveaux habitants l'apprécieraient. D'un geste de la main, elle indiqua au Papa noël cartonné le chemin à suivre, et en emprunta elle-même un autre, qui allait dans une direction opposé.
Car elle avait entendu parler d'une fête.

Au niveau de la Salle des Fêtes, l'activité battait son plein. Partout, il y avait des silhouettes qui transportaient, riaient, s'ennuyaient, le faisaient juste pour passer le temps ou avec la conviction d'une foi éternelle au culte du cadeau. Selon les personnes, des émotions diverses étaient exprimées. Ici et là, on trouvait encore des mélancoliques, mais généralement ils s'éloignaient en maugréant de la zone d'activité.
Pourtant, Lou trouvait merveilleux cette agitation soudaine, juste parce qu'on était le 24 décembre. Tout ça parce qu'un certain Jésus était né dans la nuit du vingt-quatre au vingt-cinq ? Mais Lou savait plus ou moins que tout le monde ne croyait pas en Jésus, et en Dieu qui est en quelque sorte son père, bien que sa mère soit Marie, et le mari de Marie s'appelle Joseph, pourtant, ils sont mariés, mais elle était immaculée par la conception de l'enfant, ou... La petite s'embrouillait dans les croyances des gens. Elle savait que des gesn croyaient en Jésus, en Hallah, en David, en Moïse, en Judah, en Mohamet, en tout un tas de trucs, et elle s'en fichait, tant que ça rendait les gens heureux. Ainsi, cette agitation autour de Noël -elle commençaità s'habituer au mot- la faisait jubiler. La plupart des habitants de No Man's Land reprenait vie. Elle était casiment sûre qu'après cette soirée, les choses ne seraient plus pareilles.
Alors, elle décida d'aider. Elle alla voir la dame qui s'affaira autour d'un sapin en plastique. Où l'avait-elle déniché, aucune idée, mais il faisait bien deux mètres de haut ! La femme aux cheveux blancs eut un mouvement de recul en l'apercevant. Lou n'était pas étonnée ; ses petits copains étaient déjà célèbres dans toute la ville. Cependant, elle était sûre qu'on avait aussi entendu parler d'elle ; la gentille. Généralement, elle n'aimait pas les étiquettes, mais quand ces dernières portaient les mots gentil ou méchant, elle comprenait. Son monde était assez noir et blanc à ce niveau là, et ultra-nuancé pour le reste. Elle sourit à la dame, et proposa son aide d'une voix gazouillante. La femme lacha un soupir de soulagement avant de rire gentiment. Elle pensait évidemment qu'une petite fille de moins d'un mètre n'allait pas beaucoup l'aider pouru accrocher des décorations sur un arbre qui faisait deux fois sa taille. Mais elle se trompait...
Savez-vous seulement comment fonctionne le pouvoir de Lou ? Elle est connectée à tous les jouets qu'elle a rendu vivant. Quand elle n'a pas besoin d'eux -que ce soit pour s'amuser, pour protester contre Maggie ou pour aider à rendre un sapin festif- ils font ce qu'ils veulent. C'est dans ces moments là qu'ils deviennent dangereux. Très dangereux. Dénués d'âmes et de conscience propre -à l'exception de Non'iami. Ils agissent sous l'impulsion première, font ce pour quoi ils sont fait. Un lion rugit et attaque, mord, un soldat tire, une barbie se crêpe le chignon méchamment avec la première blonde qu'elle voit, Harry Potter lance des Avada Kedavara... Enfin bref, ils font tous ce qu'ils peuvent faire de mal, sans que jamais Lou ne soit au courant. Et quand elle a besoin d'eux, elle concentre son esprit sur le lien qu'elle a créé en l'animant. Dans ses moments là, ils lui obéissent. Elle n'a donc aucune idée de ce qui se passe quand elle ne s'occupe pas d'eux.
En l'occurence, elle ferma les yeux, et pensa très fort à un inspecteur en plastique, grand et maigre, vêtu d'un manteau beige qui le recouvre de la tête aux pieds. Celui là est con comme ses pieds, et quand Lou ne le tient pas, il fait que des bêtises. La dame observa la silhouette qui émergeait de la forêt, et ses yeux s'ouvrirent rond comme des soucoupes. Lou éclata de rire, et quand le plastic-man arriva à ses côtés, elle indiqua par des gestes qu'il ne parlait pas. Ainsi, les deux filles commencèrent leur besogne. La vieille dame qui s'appelait Jeanne donnait les indications et Lou retransmettait télépathiquement, guidait les gestes maladroits de l'inspecteur. Bientôt, elles eurent fini, et s'accordèrent une pause miam-miam. Toute peur à l'égard de la gamine avait disparut des yeux de Jeanne, et elles déjeunèrent en riant aux éclats. Puis elles se joignirent aux décorateurs de la salle des fêtes, qui bientôt tout le monde riait aux éclats. Lou n'était pas spécialement drôle, ni ses étranges compagnons de plastiques, porcelaine, papier maché... mais dès que le rire commençait, elle riait plus fort, et les gens attendris riaient avec elle. Elle adorait détendre ainsi l'atmosphère.
Le soir arriva très vite pour les décorateurs.

Le soleil disparut derrière la petite colline, comme tous les soirs. Et comme tous les soirs, lorsque le dernière rayon disparut, un frisson parcourut la ville entière. Toutes les activités cessèrent, et les gens commencèrent à rentrer dans leurs nouvelles habitations. Jeanne aussi, avec un sourire d'excuses pour Lou. Mais cette dernière comprenait. Eux avaient été habitué à un certain mode de vie, et se retrouver coincé à No Man's Land mettaient tous leurs instincs en alerte. C'est connu, les gens ont bien plus peur la nuit que le jour. C'est idiot, mais si on le leur disait, ils ne sortiraient pas non plus dans la journée. Autant les laisser tranquille, avec leurs petites phobies humaines. En même temps, les méchants sortent toujours la nuit dans les contes. Et dans la réalité aussi ; en attestèrent les différents vampires qu'abritait la ville, qui commencèrent à sortir de leurs tanières. Et les loups-garous, qui se transforment lorsque le rayon de la pleine lune les touche. Mais les sorciers, par exemple, sont aussi présent de jour, sous le soleil brillant et rassurant. On ne croit pas aux sorciers ; on croit plus aux chimères de la nuit.
Lou finit par reprendre le chemin du refuge dans l'idée de se changer pour la fête. Les jouets qui l'avaient aidé pendant la journée étaient de nouveau libres, inconscients, dangereux. Mais Lou l'ignorait. Elle se concentrait sur la route sombre. Un ver luisant lui arracha un sourire, un courant d'air la porta en courant jusqu'à la porte du Refuge, où elle arriva en éclatant de rire. Courir dans le vent lui faisait généralement cet effet. Des têtes enfantines se tournèrent vers elle, autant de questionnement ; mais lorsqu'ils comprirent que c'étaient Lou, ils secouèrent la tête et retournèrent à leurs préoccupations ; cette gamine étaient folle, tout le monde le savait, personne n'en avait quelque chose à faire.
En quelques phrases, elle exposa la situation à Non'iami, qui s'empressa d'aller leur choisir des tenues décentes, puis elle informa le reste de la gallerie. Certains décidèrent d'y aller, d'autres préféraient rester au refuge. Lou faisait partie du premier groupe.

Vêtue d'une robe de princesse digne d'un dessin animé Disney, blanche et rouge sang, les pieds dans ses escarpins nacrés, Lou marchait en tête du convoi. Seuls cinq gamins la suivaient, dont Non'iami belle comme le jour, comme l'Amour, comme une reine. La plus belle des belles. Ses cheveux blonds retombaient en cascades parfaites sur son épaules droites, et sa longue robe blanche et or grandissait sa silhouette fine. Du haut de ses dix ans, en ballerines brodées, elle faisait Grande Dame. Lou avait l'air d'une gamine à ses côtés, mais le sourire enfantin qu'elle brandissait face à tout expliquait ce contraste. La douceur de l'expression de la poupée de porcelaine allaient parfaitement avec les douces courbes de sa parure.
Les enfants arrivèrent dans la Salle des Fêtes. Sur leur passage, les têtes se tournaient, le silence se faisait parfois, mais ils ne laissaient pas indifférents. La petite fille de quatre ans confia Non'iami à Jeanne; elle avait entendu Rebecca parler d'une excursion. Elle promit d'être de retour avant la fin de la fête ; au pire, la poupée devait rentrer au refuge, si possible accompagnée. Puis elle courut jusqu'au refuge de toute la vitesse de ses petites jambes, enfila un jean sous sa robe, troqua ses escarpins à talons contres des converses magenta, et courut jusqu'à l'hôpital. Bientôt, elle put entendre les pas décidés de la sorcière, et le souffle de trois autres personnes. Elle sentait deux autres présences dans l'hôpital, mais ne parvenait à en identifier qu'une ; celle d'un vampire. Il n'avait pas l'air bien méchant, et Lou préféra attendre le groupe avant de s'aventurer dans l'immense batisse lugubre. L'édifice sombre ne faisait plus aucun effet sur la petite ; elle l'avait tant fréquenté...

_________________

    gif by Rouky ; avatar by LSD/Phoque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Scénario N°1   Ven 15 Jan - 16:25

    Ses yeux regardaient avec attention ses êtres bien courageux de s’aventurer dans un tel bâtiment surtout que la lumière du jour n’était plus présente pour guider leurs pas qui se faisait lent et silencieux. Damon examina les expressions de leurs visages qui indiquaient un certain affolement ou peut-être un aspect tendu face à tant de silence. Les lieux n’étaient guère fréquentable surtout pour des humains qui allaient surement mourir de peur dès qu’un bruit suspect ce ferait entendre. Un claquement de porte ou encore le bruit du vent pouvait d’un seul coup les faire paniqué et, près à partir à tout vitesse de cet hôpital abandonné. La première personne a osait pénétrer dans la vieille bâtisse était une jeune femme qui connaissait bien voir même très bien, son odeur lui était plus que familière. Rebecca avait fait son entrer, toujours aussi sûr d’elle et prête à faire des mauvais coups. Sa présence n’était pas remarquable mais Damon se doutait bien qu’elle allait vite se rendre compte que lui aussi se trouvait sur les lieux. Deuxième personne, une humaine qui semble bien calme mais seulement en apparence, lorsqu’un bruit se fit entendre, elle sursauta comme une gamine incapable de bouger de peur de découvrir le grand méchant loup derrière elle.

    Troisième personne, encore une humaine, le vampire commençait vraiment a croire qu’elles avaient décidé de ce faire la frayeur de leur vie toutes ensemble. Elle était effrayer par tous ses bruits mais ne reculait pas d’un centimètre et reste immobile en regardant un peu partout pour trouver une raison logique à tout ses phénomènes. Quatrième personne, enfin un humain qui paraissait bien attaché à la mortelle précédente, d’ailleurs sans attendre la main de celui-ci serra la sienne comme pour la protéger d’un quelconque malheur. Le vampire ria intérieurement, lui ! La protégeait ? Surement pas. La toute dernière personne à faire son entrer était une petite fille qui devait seulement avoir trois ou quatre ans. Elle aurait dû être terrifiée et pourtant son visage restait neutre face à ses adultes totalement stupides. Elle lui paraissait bien intelligente pour son âge avec une pointe de maturité vraiment impressionnant. L’enfant avait plus d’assurance que tout le reste du groupe réuni, si sa continuait ainsi, c’était elle qui allait mener la visite et protéger les autres.

    L’envie de jouer avec eux était vraiment très tentant pour Damon qui ne rêvait que d’une seule chose, les voir complètement mort de peur. Il fallait qu’il trouve quelque chose d’impressionnant, terrifiant, et d’horrible. Les idées s’enchainèrent vainement ; le vent provoquait déjà des bruits, le bâtiment était déjà lugubre et sombre, le décor montrait l’abandon totale de cette bâtisse. Rien ne semblait le satisfaire, et pourtant comme une illumination, il trouva le plan parfait. Selon lui, la meilleure façon de parvenir à ses fins était assez simple et pourtant terrifiante selon lui.

    En étant un vampire, sa vitesse de déplacement était tout simplement incroyable, aucun d’entre eux ne pourraient le suivre du regard. Les personnes étaient très proche l’un de l’autre, ils semblaient soudés par cette épreuve. Aussi vite que la lumière, le jeune homme effleura le bras de Rebecca qui elle n’avait aucune raison d’avoir peur de cette sensation par contre par ce mouvement rapide, une légère brise avait dérouté les autres humains qui ne comprenaient pas vraiment d’où pouvait venir ce vent presque chaud. Les regards se dirigèrent vers une fenêtre ouverte, une explication logique était arrivée dans leurs cerveaux. C’était seulement un courant d’air venant de cette fenêtre.

    Cependant sous leurs yeux rassuraient de trouver une hypothèse aussi plausible, celle-ci se referma délicatement sans faire le moindre bruit comme si une personne la refermait en cette instant précis. Une montée d’adrénaline commençait à naitre dans le corps des humains. Lorsqu’elle fut enfin fermée, le vampire alla frôler le visage de la jeune femme blonde qui continuait de serrer la main de son compagnon. Un vent s’éleva de nouveau auprès du groupe, et cette fois-ci aucune source d’air à l’horizon. La porte d’entrée de l’hôpital était encore ouverte, une mélodie de piano s’installa dans le bâtiment, des bougies s’allumèrent les unes après les autres, éclairant ainsi la vaste pièce où des jeux d’ombres tapissaient les murs.

    La porte d’entrée claqua brutalement, et le verrou s’enclencha automatiquement. Au même moment, une silhouette apparue sur le mur se trouvant juste en face d’eux. Un couteau semblait prendre forme dans sa main droite menaçant de tuer l’un d’entre eux. Des pas se firent entendre, ils se faisaient de plus en plus, bruyants et proche. La silhouette grandissait au fur et à mesure que les pas se rapprochaient du groupe. Elle envahissait totalement la pièce, et rendrait les personnes nerveuses, effrayés.

    D’un coup, l’obscurité reprenait ses droits, et l’ambiance angoissante disparue avec la lumière douce des bougies. Damon rigolait intérieurement face à des êtres aussi naïfs et si peureux. Il n’y avait guère que Rebecca qui s’amusait de la situation. Cachait dans l’ombre, le vampire continuait d’observer les réactions des mortels encore plus soudés que jamais face aux derniers évènements. Damon redescendit au rez-de-chaussée en se cachant dans l’ombre de l’immense escalier, il allait faire son entrée de jeune innocent, totalement perdu dans cette vieille bâtisse, de plus avec Rebecca, les choses risquaient d’être vraiment comique. Le vampire se fit entendre des humains et apparu devant leurs yeux, sans même attendre la moindre réaction, il ria face à temps de peur qui se dégageait de leurs regards.

    _ Bouuuh ! On n’a peur du grand méchant loup ? Ou peut-être du vilain fantôme ?
Revenir en haut Aller en bas

    Sexy and Dangerous Founder

avatar

Rebecca C. Hemilgton


•Ancien métier : : Etudiante en stylisme et serveuse.
•Localisation : Dans le lit d'un certain vampire?
•Messages : 1749
•Date d'inscription : 27/07/2009
•Age : 28

Who are you?
Pouvoirs, et maîtrise (pour les sorciers):: Contrôle la météo (maîtrise 80%) / télépathie avancée : lit dans les pensées et peut partager les siennes (maîtrise 95%) / Absorption de pouvoirs (maîtrise 80%).
Relations::

MessageSujet: Re: Scénario N°1   Dim 17 Jan - 14:47

    Un sourire ravi à l’idée des évènements à venir, tendait les lèvres de Rebecca qui entendait les autres entrer à sa suite dans l’obscur hôpital. Il ne lui était pas utile d’utiliser son don de télépathie, pour connaître les raisons qui les avaient tous poussés à la suivre ici. Il était évident qu’ils avaient tous envie d’une bonne dose de peur. Ca les amusait…grand bien leur fasse ! Pour sa part, Becky avait désespéré de pouvoir un jour ressentir la moindre peur. Sensation puissante, qui l’avait déserté voilà bien longtemps. Ce n’était pas aussi positif que l’on pourrait le penser. Ne pas avoir peur, lorsqu’il le fallait, était même très ennuyeux pour un humain. Aucun instinct de survie de surcroit ! Autant dire que la mort narguait la jeune femme qui, pendant longtemps, avait espéré pouvoir mourir au plus vite. Mais à présent, elle ne savait plus à quel point elle le désirait. Sans doute plus autant qu’avant. Grâce, ou à cause de, Damon. Parce qu’elle était heureuse, la mort ne lui semblait plus aussi tentante. Du moins pas la mort définitive sans retour en arrière possible.

    Automatiquement, la jeune femme déclencha son don de télépathie pour que ses chers comparses n’aient plus aucun secret pour elle. Tous, étaient en train de tourner et d’observer les lieux. Rebecca, elle, était plus ou moins immobile dans le grand hall, et les observait. Qu’attendait-elle ? Sans doute de les voir hurler de peur. C’était un spectacle qui promettait de beaux éclats de rire. Enfin…elle rirait de la peur des autres. Elle ne pouvait ressentir ce sentiment alors elle le vivait par procuration. Autant qu’elle le pouvait en tout cas. Rebecca ne mit pas longtemps avant de prendre conscience qu’ils n’étaient pas que quatre sur les lieux. Elle reconnaissait la voix, mentale évidemment, d’une fillette, qui se trouvait encore dehors, mais non loin de l’hôpital puisqu’elle pouvait entendre ses pensées. Mais plus encore, Rebecca entendait, ressentait, la présence de quelqu’un d’autre. Damon…Il les avait vu arriver et avait déjà eut le temps de monter des plans dans sa tête.

    La jeune femme apprit que le vampire avait sentit sa présence. Mais non de façon mentale genre : « j’ai l’impression que Becky est là, je ressens sa présence ». Non c’était réellement une question d’odorat. Il avait senti, avec son nez précisément, sa présence. Charmant...Rebecca savait donc que Damon voulait leur faire peur. Pas à elle de toute évidence puisqu’il savait qu’elle savait qu’il était là. Très compliqué, certes ! Becky oublia durant un instant, les plans diaboliquement merveilleux de Damon. Son esprit se concentra totalement sur la jeune femme blonde qui se trouvait avec eux. L’ensorcelée, plus précisément puisqu’il y avait deux jeunes femmes blondes. Que de blondeur dans ce monde…bref, sa réaction absorba totalement Becky qui tourna le regard vers elle. La jeune femme aurait put cacher son amusement…si seulement Laura n’avait pas eut de telles pensées, accompagnant son violent sursaut. La brune explosa de rire mais porta aussitôt sa main à sa bouche, étouffant le bruit de son rire soudain. Elle se détourna de la blonde qui, en cet instant, avait les mains brulantes.

    Becky ne savait pas qui était le sorcier qui lui avait fait cela mais elle aurait aimé le rencontrer ne serait-ce que pour le féliciter. Faire une telle chose à une peureuse pareille…c’était un vrai coup de génie ! Elle-même ne réfléchissait jamais au caractère de la personne à qui elle jetait des sorts. En même temps, elle ne faisait pas cela très souvent. Et ce n’était pas pour faire plaisir aux personnes touchées, mais plutôt pour leur ruiner la vie à jamais, sans recourir à la violence. Parmi les sorts qu’elle avait lancés, elle avait ôté sa voix à un dragueur compulsif, fait en sorte qu’un homme se mette à danser à chaque fois qu’il entendait de la musique et bien d’autres encore. Ce qu’elle préférait ? Les sorts qui rendaient ridicules les personnes touchées. En ce qui concernait Laura, ce n’était pas ridicule mais ce devait être ennuyeux pour une personne aussi froussarde qu’elle…et pas pratique du tout pour ceux qui lui voulait du mal. Le plus hilarant était quand même le fait qu’elle vienne là pour avoir peur, en sachant que son sort se déclencherait, obligatoirement. L’avantage d’être télépathe, permettait à Becky de savoir qu’elle devait garder une distance de sécurité, entre elle et la blonde ensorcelée. Vouloir lui faire peur, pour plaisanter, pouvait s’avérer être une très mauvaise idée.

    S’il y avait bien une chose que Rebecca adorait en cet instant, c’était bien la panique sans nom qui habitait l’esprit de ces deux humaines qui, pourtant, étaient venues là pour s’amuser à se faire peur justement. Bientôt, très, bientôt, elles regretteraient d’avoir accepté l’invitation de la jeune femme. De nouveau, les pensées de Damon, parvinrent à l’esprit de la brune. Tout comme elle, il identifiait les nouveaux arrivants et tentait de détecter la peur présente en eux. Et de la peur, il y en avait en surdosage chez la plupart d’entre eux. Mais pas encore assez selon le vampire qui ne comptait pas les laisser comme ça. Ah oui, Rebecca l’avait comprit à ses dépends qu’il ne supportait pas que l’on n’ait pas peur. La première fois qu’ils s’étaient rencontrés, il avait tout tenté, ou presque, pour lui faire peur, en vain de toute évidence puisqu’elle était encore là à l’ennuyer. Une vraie sangsue…hm mauvaise comparaison. Les vampires étaient des sangsues. Les humains, non.

    Rebecca n’éprouva, évidemment, aucune surprise, ni ne montra la moindre peur, lorsque Damon passa rapidement près d’elle, effleurant à peine son bras. Elle n’avait pas du tout eut le temps de le voir, comme tous les autres. Mais contrairement à eux, elle savait à quoi était du la légère brise qui s’était levée. Eux, pensaient qu’elle avait été causée par un courant d’air entrant par une fenêtre mal fermée. Elle, savait que Damon était simplement en train de se déplacer parmi eux, trop rapidement pour qu’ils ne puissent même l’apercevoir. La jeune femme se tourna de nouveau vers le petit groupe qui, comme un seul homme, se tourna vers une fenêtre, persuadé que l’ai était entré par là. Cette fois-ci, Rebecca parvint à faire disparaître toute trace d’amusement, de son visage. Elle avait toujours eut une parfaite maîtrise de ses émotions et en cet instant, rien ne transparaissait sur son visage. Pas d’amusement ni de moquerie, et encore moins de l’inquiétude ou de la peur. Contrairement aux autres qui semblaient persuadés d’avoir découverts l’origine de la brise qui s’était levée dans la pièce sombre et lugubre.

    Alors que le petit groupe semblait ravit de voir que l’air était entré par une fenêtre, Damon alla la refermer. Une nouvelle fois, trop rapidement pour que leurs yeux n’aient le temps de l’apercevoir. Alors que des bougies allumées apparaissaient de ci et de là de l’endroit, une mélodie se fit entendre dans l’immense bâtisse, se répercutant contre les murs de pierre sombre et sale. Rebecca ne se retourna pas lorsque la lourde porte d’entrée se claqua bruyamment et que le verrou s’enclencha, empêchant toute sortie de l’endroit. Elle n’était absolument pas surprise puisqu’elle connaissait les intentions de Damon, avant qu’il ne les mette à exécution. Trop facile…

    *Très théâtrale !* Pensa Becky à l’intention de Damon, qui entendrait ses pensées. Son don de télépathie avancée était pratique. Mais il était rare qu’elle en ait un tel usage. D’ordinaire, elle se contentait simplement de faire croire à de pauvres humains, qu’ils devenaient fous parce qu’ils entendaient des voix. Pas ce jour là de toute évidence. L’ombre qui avait eut pour but d’effrayer le petit groupe disparut, ainsi que la lumière des bougies, plongeant l’endroit dans une obscurité plus rassurante qu’autre chose en réalité. La jeune femme ne voyait pas Damon mais savait où il se trouvait puisqu’elle entendait toujours ses pensées. Elle se tourna vers le reste du groupe, pour voir leurs réactions.


    _Eh bien...il faut croire que les lieux sont réellement hantés… Déclara t’elle, sur le ton de la conversation, comme si tout cela était d’une banalité affligeante.

    Damon sortit enfin de l’ombre, se moquant ouvertement de la peur qui se lisait sur le visage des humains présents à cet instant. Il n’y avait que lui pour rire de cela. Enfin lui, et Rebecca évidemment. Tout autant que lui, la jeune femme attendant des réactions de la part du petit groupe. Elle savait que l’ensorcelée avait vraiment beaucoup eut peur. Même sans don de télépathie, il était aisé de le sentir. La peur présente dans la pièce, était presque palpable et un silence lourd était tombé.

_________________
"Si on me demandait ma définition du mot amour, je me contenterais de dire ton nom..."

"Tell me when you hear my heart stop"
You're the only one that knows
Tell me when you hear my silence
There's a possibility I wouldn't know
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://no-mans-land.forumactif.com

    Fearful && Sexy Founder

avatar

Laura E. Lewis


•Ancien métier : : Serveuse dans un bar
•Localisation : Dans la ville...
•Messages : 747
•Date d'inscription : 27/07/2009
•Age : 23

Who are you?
Pouvoirs, et maîtrise (pour les sorciers):: On lui a jeté un sort et lorsqu'elle a peur, sa peau chauffe jusqu'à brûler une personne qui tenterait de la toucher.
Relations::

MessageSujet: Re: Scénario N°1   Jeu 21 Jan - 12:13

    L’hôpital était vieux, très vieux. Tout comme le reste de la ville d’ailleurs, rien n’était récent ici, tout datait de plusieurs années en ailleurs, sans exagérer. Tant de personnes avaient dû passer par ici, mais surtout, des personnes mourantes. Pendant la période de la grippe espagnole, il n’y avait aucun doute là-dessus, ce lieu avait déjà existé. Peut-être qu’à cette époque, dans ce lieu, des personnes atteintes de cette maladie là spécialement avaient été isolés dans une pièce. Une seule pièce pour de très nombreux malades, ils avaient été isolés pour que la maladie ne se répande plus. Aucune certitude sur le fait que ça ait marché. Le nombre de personnes mortes ici devaient être impressionnant, et très certainement impossibles à deviner. A une certaine époque, les médecins n’avaient quasiment pas d’expérience, ils avaient donc parfois dans l’obligation de laisser mourir leurs patients, il n’y avait rien à faire pour eux la plupart du temps. Certains entraient avec un simple rhume et ne sortaient jamais de l’hôpital vivant, la plupart du temps.

    Laura regarda les trois autres personnes avec qui elle était rentrée dans l’hôpital. Le couple se tenait la main, le garçon avait une allure très protectrice envers son amie, et il semblait étrangement très mal à l’aise. Il devait être un sorcier, du moins il y avait de grande chance. Laura reconnaissait souvent les sorciers parmi les humains mais certains passaient plus inaperçus que les autres. Il y avait aussi de grande chance pour que Rebecca en soit une. Elle semblait avoir totalement confiance en elle, et n’avoir aucune peur, autant sur ce qui les attendait ici, que ce qui les attendait dans la ville, le lieu où ils étaient enfermés. Et pas seulement, on aurait dit, qu’elle se fichait totalement de ce qui pouvait lui arriver, comme si elle pouvait se jeter bien volontairement sous un train sans regretter quoi que ce soit. Laura, si elle était là, c’était bien parce qu’elle aimait se faire peur volontairement, si on pouvait le dire comme ça…Si elle se faisait délibérément peur, c’était bien à cause de ce sort qui la gênait plus qu’autre chose. A peine commençait-elle à avoir peur, ses mains chauffaient, jusqu’à atteindre des degrés impressionnants. Autant dire que ce sort n’était pas pratique du tout, elle aimerait le contrôler et ne l’utiliser que lorsqu’elle le souhaitait, mais c’était plus facile à dire qu’à faire. Les sorciers devaient déjà avoir plus de facilités qu’elle à contrôler leurs pouvoirs, puisqu’un ensorcelé n’était pas né avec à l’origine.

    Ce n’était pas parce qu’elle n’était pas télépathe que Laura ne pouvait essayer de comprendre au maximum les pensées des autres, surtout lorsque Rebecca se retint d’exploser de rire au moment où Laura sursauta lorsque des événements étranges commencèrent à surgir dans la pièce. Un léger vent s’était levé entre eux, et au lieu d’avoir peur comme une personne normale, Rebecca semblait bien s’amuser, comme si elle gardait un secret pour elle, qu’elle seule pouvait connaître. Au moins elle s’amusait avec quelqu’un ! Les jeunes gens se tournèrent tous vers une fenêtre qui était ouverte, persuadée que c’était de là qu’était venu le léger vent, un peu plus tôt. Alors que l’un d’entre eux s’avança vers la fenêtre pour la fermer, elle se referma seule. Evidemment ce ne devait pas être le cas, il devait y avoir quelqu’un derrière tout ça, mais à part un sorcier qui devait s’amuser de lire la peur sur leur visage, Laura ne voyait vraiment pas qui pouvait courir à une telle vitesse, tellement vite qu’ils n’avaient pas le temps de le voir, et que cela provoquait un léger vent. Finalement, ce dernier n’était pas entré par la fenêtre, ce devait être cette personne qui l’avait fait, en courant autour d’eux. Il n’y avait aucune logique là dedans, Laura s’en rendait bien compte, mais après tout, qu’y avait-il de logique dans la ville ? Rien, là était bien le problème justement.

    Enfin, les bougies qui avaient été allumés de la même façon que la fenêtre s’était refermée, c’est-à-dire inexplicablement, s’éteignirent. L’ombre avait disparut de la même façon. L’obscurité qui en était ressortie n’était que plus rassurante, au moins, il n’y avait plus aucune ombre étrange sur le mur, et puis, c’était mieux, même s’ils ne pouvaient plus voir autour d’eux, ne pouvaient plus se dire que personne n’allait surgir de nulle part au moment où ils s’y attendraient le moins. Rebecca ouvrit enfin la bouche, pour dire quelque chose qui n’avait pas grande utilité à vrai dire. Elle s’amusait de tout ce qu’elle voyait autour d’elle, de tout ce qu’il se passait ici. Il n’y avait pas d’autres explications : elle savait quelque chose qu’ils ignoraient, et cela semblait bien l’amuser. Il y avait de grande chance pour qu’elle soit télépathe, elle devait s’amuser à écouter les pensées des deux humaines, et de l’autre sorcier qui semblait tout de même moins sûr de lui que ne l’était Rebecca.

    Une entrée plus théâtrale pour celui qui les gênait depuis tout à l’heure en les effrayant le plus possible aurait été mieux. Avancer ainsi, se faire voir petit à petit, ce n’était vraiment pas super, pas du tout même ! Lui aussi semblait bien rire de la peur qui se lisait sur les visages des trois jeunes gens. A l’instant même où elle vit l’expression de son visage, Laura comprit : Rebecca était de mèche avec lui, en quelque sorte. Ils se connaissaient déjà. Et finalement, Rebecca ne partageait pas un secret seul, elle le partageait avec lui, c’était une évidence qui crevait les yeux. La même expression moqueuse sur le visage, la même assurance de soi-même, ils avaient de nombreux points communs, et ils semblaient être plus proches qu’ils ne le laissaient croire pour le moment. Laura enfonça une fois de plus ses mains dans ses poches. Elle sentait la chaleur dans le petit habitacle, mais pour elle ce n’était plus un problème depuis longtemps, elle s’était tellement habituée à cette chaleur, elle la sentait tellement souvent que cela ne la dérangeait plus du tout. A présent, la chaleur n’avait pratiquement aucun effet sur elle, pratiquement, bien évidemment. Ce don était comme une seconde partie d’elle-même, et même si elle s’en serait bien passée, elle devait vivre avec, du mieux qu’elle pouvait. Elle n’avait pas d’autre choix. Elle toisa la personne qui venait de faire son apparition.
    J’imagine que cela te fait bien rire évidemment ?

    Ah, ça pour être bête, il l’était, c’était certain ! C’était étrange de se dire que Laura avait peur pour un rien, et pourtant, elle cherchait quelqu’un qui courait à une vitesse ahurissante et qui semblait être très fort, dans le sens, où il pouvait porter presque tout ce qu’il voulait, et casser un bloc de pierre sans soucis apparent. Mais il était tellement plus facile pour elle de s’exprimer à voix haute quand son don était enclenché, comme s’il lui donnait une confiance en elle effroyable, qu’elle n’aurait jamais eue en temps normal. Comme si elle pensait que dans ces moments là, personne ne pouvait l’atteindre, et pourtant c’était faux. C’était évident que cet homme n’avait pas besoin de sa vitesse surprenante pour tuer des humains, bien au contraire. Il semblait cacher de très nombreux secrets, mais Laura n’avait pas encore mis le doigt dessus. _ Bouuuh ! On n’a peur du grand méchant loup ? Ou peut-être du vilain fantôme ? Celle-là, il aurait pu la garder pour lui, elle était d’un pathétique affligeant, et tout simplement inutile. Il se ridiculisait sans s’en rendre compte, le pauvre. Quelqu’un devait le tenir au courant, sinon, il continuerait ainsi sans savoir que c’était vraiment comique de voir quelqu’un agir ainsi. Un grand sourire moqueur vint se dessiner sur ses lèvres et elle fronça les sourcils, d’un air désolé. Franchement, la prochaine fois, garde pour toi tes remarques dans le genre, c’est d’un ridicule ! Je ne me moque pas de toi évidemment, je te tiens juste au courant de quelque chose que Rebecca aurait d’ailleurs peut-être dû déjà te dire. Elle avança dans la pièce, ignorant totalement les autres personnes. Elle se surprit à se demander ce qu’il lui prenait, habituellement, elle n’aurait jamais fait ça. Elle avait toujours pris soin d’être loin de toute personne lorsque son don s’enclenchait, elle n’avait donc jamais imaginé qu’il pourrait avoir une telle influence sur son caractère et sa façon d‘être. Mais d’après ce qu’il venait de se passer, il la changeait totalement. Et bien, il faudrait qu’elle fasse encore plus attention la prochaine fois.

    Elle se rapprocha des escaliers, effleurant du bout des doigts la rambarde, même si, elle laissait une trace brûlante derrière elle. Elle monta quelques marches, le dos toujours tourné à l’humaine, aux deux sorcières, et à l’autre homme, qui était peut-être un sorcier, mais qui semblait bien plus compliqué que cela encore. S’il n’était pas un sorcier, qu’était-il dans ce cas ? Laura savait que les sorciers existaient, puisque l’un d’entre eux lui avait jetée un sort, elle ne l’oublierait donc jamais, mais elle n’avait jamais soupçonné que une autre forme de personnes puissent exister. Pour elle c’était inconcevable, il y avait déjà suffisamment de choses bizarres sur la Terre, et même dans cette ville. Dont les enfants d’ailleurs.

    Ah les enfants…Ils paraissaient si fascinants, si calmes, si gentils, si doux, et pourtant, il y avait peu de chance pour qu’ils le soient. Ils devaient agir en cachette…peut-être. Personne ne savait rien sur eux, certains leur faisaient confiance et pensaient qu’ils étaient biens, droits, correctes, et un minimum mature pour leur jeune âge à la plupart. Laura, quant à elle, ne savait pas quoi penser d’eux. En règle général, elle adorait les enfants, c’était quelque chose qu’elle ne pouvait défaire, elle les adorait, elle adorait passer du temps avec eux, et pourtant, ceux-là, ils n’étaient pas…normaux. A part quelques-uns, certains étaient très gentils, ils semblaient mêmes qu’ils étaient sincères. Mais d’autres semblaient cacher quelque chose, quelque chose entre eux, ils semblaient même capables de tous les tuer, sans n’éprouver aucun remords.


    Se souvenant soudain que d’autres personnes étaient derrière elle, et qu’ils devaient trouver étranges qu’elles partent ainsi, elle s’assit sur l’une des marches, se demandant pour la énième fois ce qu’elle faisait ici.

_________________

©️October
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Anastacia Jefferson


•Ancien métier : : étudiante
•Localisation : dans mon lit hihi
•Messages : 254
•Date d'inscription : 29/11/2009
•Age : 27

Who are you?
Pouvoirs, et maîtrise (pour les sorciers):: //
Relations::

MessageSujet: Re: Scénario N°1   Ven 29 Jan - 19:14

{ Désolé du temps de reponse }




C'est sur que Ana ne s'attendait pas à sa mais , en tout cas cette idée la réjouissait pourquoi ? Allé savoir ,elle était assez téméraire et ne montrer guére sa peur .Pourtant la peur elle la connaissait , la vivait jour aprés jour , a chaque instant de sa vie comme la plus part des personnes .Plusieurs sortent de peur certaine trés futiles et d'autre tellement normale ou pas. Mais, Ana maitriser ses peurs ,un caractére de battante était ancrée en elle , sa puissance de caractére elle la tirait de sa triste enfance , s'être battue tout au long de sa vie l'aidera elle en était sure ,tout en étant fiére de sa . Une peur peux toujours être maitriser ,même si cela n'est pas trés facile .En faite la peur et la vie était la même chose on ne c'est jamais quand les choses arrive ,commense ,s'arréte .

En rentrant Ana ne regarda pas tout de suite les lieux attandant que Nate rentre juste aprés elle Les yeux de la jeune femme se leva regardant ,mur , mobilier ,décoration enfin si tout cela pouvait encore portait ce nom .Mur pourrie , l'humidité avait rongée et laisser des traces sur les murs puis l'odeur pouvait les aider à le savoir . Elle ne voyait pas tout les petits détails la luminosité de la lune n'éclairée pas assez l'endroit, juste assez pour savoir ou ce trouvait les pieds du voisin. Les meubles était peux nombreux ,pas très beau et on pouvait le dire non entretenu mais , bon c'était tout à fait normale vu que personne n'osait venir puis les lieux devait être abandonnée depuis assez longtemps ,voir peut être une éternité . Qui c'est quand cet endroit et le reste de cette ville fut inventée et habitée .Peut être qu'elle ne le serait jamais mais, elle avait c'est question et ses doute en tête ,et les réponse devait arriver ,sinon la belle risquerait de pas aller bien.

Ana était si rassurait sentant la main de son petit copain ;Nate se posait dans la sienne ,et pourtant s'elle n'avait rien demandée , mais, elle adorait sentir cette main de la sienne comme si grâce à ce simple geste elle était en sécurité quoi qu'elle fasse ,ce n'était qu'une impression mais, cette impression elle l'aimait tant , peut -être au tant que Nate .
Mais malgrés sa la belle blonde avait la peur au ventre mais elle le savait qu'elle ne laissait rien paraître ,elle n'avait pas les mains mouate ,ou des sueurs non rien de sa , quelque impréhension banale comme s'elle ne ce blesser que voulez -vous qui lui arrive ici dans cette ville morte. Ne sait-on jamais !

Ana venait de remarquait la présence d'une petite fille ,lorsqu'elle ce retourna pour voir Nate , une petite ,qu'elle avait déja croisé de temps en temps avec qui elle aimait assé échanger des petits sourire sans plus mais pourtant l'envie ne lui manquait pas de la connaître plus ,elle avait toujours apprécier les enfants et ici il y en avait beaucoup , mais , ce qu'on pouvait dire c'est que certains avait l'aire triste et méchant,tant de mystère au tour de ses enfants arrivées tout seule . Mais, cette petite était différente des autres en apparence peu être mais, elle était choux, Ana savait maintenant qu'elle n'allait pas avoir peur pour elle mais pour ceux bout de choux d'a peine quatre ans.

Un courant d'air chaud la fit détourné son regard de ce petit ange. Elle regarda les autres ce courant d'aire était chaud, ce qui n'était pas normale, car un cou de vent est toujours froid non ? Oh oui sans hésitée c'est toujours froid alors d'ou venait ce courant d'aire ,elle chercha comme les autres ,et son regard se posa sur la fenêtre entre ouverte pourtant cela ne lui suffit pas pour que les questions à propos de ce courant d'air s'estompe , non car en s'approchant de cette fenêtre l'air fut froid non chaud ! Bizarre mais, elle n'eu pas le temps de cherchait de réponse à c'est questions vu que la fenêtre suspecte se refermât en quelque secondes et voila de nouveaux tourment pour la belle.

Anna ressenti cette chose qu'elle aimait tant même si a force d'y jour elle risquait de s'y perdre , c'était presque jouer avec le feux mais, bon c'était Ana ,elle aimait le danger même si l'adrénaline des fois restait incontrôlable elle l'a cachait .D'un coup sa respiration fut presque coupée , sa main s’elle de Nate fortement ,elle venait de sentir quelque chose qui la touchait presque au niveau du visage , cela lui avait fait faire presque un bon mais , elle était revenue normale comme si rien ne venait de ce produire .

Voila que la porte de l'hôpital se refermât sur elle même faisant disparaître le peux de lumière que prêtait la lune à ses jeunes gens .Mais , une ,deux ,trois et ainsi de suite des bougies s'allumèrent . Personne n'était prés de ces bougies ,elle eu assez peur mais , resta calme extérieurement mais,l'intérieur n’avait qu'une envi c'elle de criait . Ce n'était pas tout une silhouette se fit voir sur l'un des mur ,plus exactement celui face à eux , cette silhouette tenait quelque chose qui donnait l'impression de touchait certains d'eux mais qu'est es ce .Elle n'eu le temps de voir ce que tenait cette ombre dans es mains car l'obscurité refus en quelque seconde .Cette fois Ana était effrayait plus qu'a la moyenne mais , elle continuait a vouloir restée .

UN jeune homme se montra en sortant une phrase ridicule , ana lacha un rire de stresse certainement. Apparemant la brune était détendu comme si elle ne venait de loupée tout ce qui venait de se passait par contre Laura ,avait l'aire sur la défensif comme Ana' mais , Ana savait gardez son calme pour l'instant du moins .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Nate Weasley


•Ancien métier : : Lycéen
•Localisation : Derrière toi !
•Messages : 536
•Date d'inscription : 29/07/2009
•Age : 21

Who are you?
Pouvoirs, et maîtrise (pour les sorciers)::
Relations::

MessageSujet: Re: Scénario N°1   Sam 30 Jan - 23:02


    Le surnaturel... Peu de gens y croient certes, mais Nate avait assisté à tellement de choses surnaturelles étant un sorcier, que ça ne l'inquiétait même plus. Être un sorcier, n'était guère normal, et il fallait s'attendre à voir défilé beaucoup d'évènements, tous plus ou moins étranges. Mais quand cela arrivait pour la première fois, généralement, les gens tentaient de se rassurer sur l’étrange évènement qui venait de se produire, en cherchant une quelconque explication logique. Mais dans ces cas là, leur logique est totalement fausse, il cherche n’importe quoi pour démontrer ce qui vient de se passer, alors que souvent, ça n’a absolument aucun sens. A quoi bon faire ceci ? Puisqu’après tout, on sait parfaitement que cette explication vide de sens, ne sera pas la bonne, et on stressera encore plus de ne pas savoir ce qui venait de se passer. Une réaction débile que de chercher une logique là où il n’y en a pas, Nate lui avait dépassé ce stade, il avait tellement l’habitude d’être sujet à ce genre de choses, qu’il ne tentait plus de découvrir ce qui venait de se passer. Certes parfois, la paranoïa y était pour quelque chose, et ce qu’on voyait, était en réalité ce qu’on pensait avoir vu, une banale hallucination. On ne peut pas tout expliquer, certaines choses resteront un mystère, et du mystère, dans cet hôpital, il va y en avoir !

    Nate contrairement à ce qu’il pensait, ne fut pas le dernier à franchir le seuil de l’établissement. En effet, quand Anastacia se retourna, Nate fit de même pour voir ce qu’elle observait ainsi. Une enfant. Une enfant au visage impassible dirait-on, elle n’avait pas l’air d’avoir peur. Elle devait atteindre les trois quatre ans, pas plus d’après le jeune homme. Si une personne normalement constituée aurait été vers elle, ou se serait au moins inquiété pour celle-ci, se demandant alors ce qu’elle pouvait bien faire ici. Mais Nate se contenta simplement de hausser les épaules, et d’ensuite reposer son regard devant lui. Après tout, il ne fallait pas oublier où tous ces jeunes gens se trouvaient, une ville loin d’être normal, et par expérience, Il n’avait pas lâché la main de sa petite amie, mais ce n’était pas par peur pour lui, plutôt pour elle.
    Alors qu’un courant d’air plutôt chaud traversait la pièce, la plupart des regards se tournèrent vers la fenêtre ouverte. Weasley resta impassible sur cela, comme il le pensait, c’était typique des humains que de chercher une explication rationnelle… C’est alors que sa chère Anastacia s’approcha de la fenêtre, certainement pour la fermer, mais d’après ce qu’il pensait avoir vu, celle-ci se referma toute seule. Il ne fallut pas bien longtemps au jeune homme pour se rendre compte qu’il n’était donc plus seuls, et ceci se confirma réellement bien que Nate en était certain, quand la porte se claqua et que juste après, le verrou s’enclencha. Cela signifiait-il qu’ils étaient coincés ici avec un taré qui voulait leur faire peur, voir plus que ça ? Des bougies s’allumèrent ensuite, une par une. Nate ne pu s’empêcher de brandir un léger sourire, mais ce n’était pas encore terminé… Une ombre inquiétante sur l’un des murs, qui brandissait comme une sorte de couteau, ou si ce n’était pas cela, c’était bien imité. Pour le moment, il n’avait pas vraiment la trouille, son visage restait impassible à toute chose, et la peur n’avait pas encore fait son entrée dans celui-ci. Mais ça ne serait tardé !
    La lumière disparu alors peu à peu, en même temps que la dernière flamme des quelques bougies… Un jeune homme fit alors apparition dans la pièce obscure, lâchant une phrase qui ferait un bel effet dans une comédie, bah comique ! Bien qu’Ana lâchai un léger rire, certainement étant un rire de stress, Nate lui n’eut aucune envie de rigoler. L’autre Blonde elle, alla se mettre sur les escaliers, comme si elle se fichait éperdument du garçon qui venait de faire son apparition. Bien que Nate ne le vit pas très bien, il sursauta un bon coup en entendant la voix de ce jeune homme en question. Il l’avait déjà entendu quelque part, c’était sûr, et il n’eut pas grande difficulté à se souvenir de lui. Quelques jours auparavant, Nate avait rencontré ce vampire, dont d’ailleurs il ne connaissait pas même le nom, dans les entrepôts abandonnés. On peut le dire oui, le garçon avait eu un « conflit » avec celui-ci. Quelle sorte de conflit ? Il faut dire que les pouvoirs du sorcier n’étaient rien face à la force herculéenne et la rapidité de ce vampire. Un vampire ?! Oui c’est vrai… Désormais, le garçon avait peur, une peur facilement compréhensible après le supplice qu’il avait vécu l’autre jour. Il lui restait quelques traces de son passage sur son torse, son dos, et partout en fait… Mais le plus important, était que le jeune homme s’en était sortit vivant, avec vraiment beaucoup de chance ! Par pur réflexe, il poussa Ana’ et se mit devant elle. Sur le coup, la chaleur montait, de plus en plus, et ça ne faisait pas du bien. La peur se faisait sentir en lui, de plus, le vampire allait très certainement reconnaitre le jeune homme et n’allait surement pas être tendre avec lui.
    Malgré ses quelques pensées dérangeantes, Nate désirait plus que tout protéger celle qu’il aimait, dont le fait qu’il s’était mis devant elle, par instinct. Les vampires sont des êtres ignobles, qui ne savent que causer le malheur, sans exception, c’est comme ça que le petit Weasley les voyait. Peut-être certains étaient-ils différents ? Il n’y croyait pas du tout.

    « Ne t’approche pas d’elle, pourriture. »

    Dis donc, quand cet autre garçon était dans les parages, Nate ne faisait que des conneries. Il avait dit ça à haute voix, alors qu’il aurait préféré le penser. Il porta son autre main à son cou, où d’ailleurs avait quelques blessures de la dernière fois. C’était comme un réflexe… Fallait-il encore qu’il parvienne à garder pour lui le mot vampire, Ana’ n’en connaissait pas l’existence et elle ne devait pas la connaitre, c’était comme ça. Le jeune homme s’avança encore un peu, et arriva au niveau de la fille qui était entrée la première. Pourquoi faisait-il ça ? Absolument aucune idée.

[ c'est pas de l'art sorry ]

_________________
ABSENTE DU 25 / 02 au 02 / 03

Avatar et signature by Lessiem MERCI =)
Toi seule peut me redonner le sourire que je pensais avoir perdu.
Anastacia Jefferson
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Lou C. Deschannel


•Messages : 499
•Date d'inscription : 12/11/2009

Who are you?
Pouvoirs, et maîtrise (pour les sorciers):: Donner vie aux jouets.
Relations::

MessageSujet: Re: Scénario N°1   Lun 8 Fév - 19:25

La lune ne se montrait que pour quelques secondes puis elle re disparaissait derrière les nuages noirs de la nuit. Dans la petite ville de No Man's Land, une fête avait lieu en l'occasion de noël, mais un groupe d'individus s'en étaient éloigné.

Lorsqu'elle s'en était rendu compte, Lou avait trouvé cela étrange, mais surtout, inquiétant, compte tenu du fait que c'était Rebecca qui avait lancé l'idée. La petite fille l'avait déjà rencontré, et énormément observé. Elle en était arrivé à la conclusion que cette femme était différente. Oh, pas en ce qui concerne ses pouvoirs -ça, c'était de la plus grande banalité, du point de vue de la gamine. Non, plutôt du fait qu'elle n'ait peur de rien. Sa témérité la mettait sans arrêt dans des situations plus risquées chaque fois. Sa dernière folie en date, c'était de s'être mise en couple avec un vampire. Ne vous demandez pas comment Lou le savait; Lou sait tout ce qui se passe dans cette ville. Elle préfère espionner le monde que de le torturer en compagnie des autres Enfants. Elle adore être au courant de tout, car cela lui donne l'impression d'avoir un tout petit peu de contrôle sur l'avancé de la ville. Elle cherchait toujours à découvrir l'origine de l'abandon de la ville, et ce qui l'intéresse encore plus, c'est de découvrir d'où elle vient. Elle et sa tribu. Elle et la tribu, puisqu'elle n'en est en rien la cheftaine, ce rôle revenant à Maggie Hale.

Revenons dans l'instant présent, et oublions un instant la blondinette aux cheveux blonds. Le groupe, Becky en tête, avait passé le pas de la porte de l'hôpital. A chacun son expression. Caché dans un buisson, Lou observait la procession, tentait de décrypter les pensées profondes de chaque individu présent. Une jolie blonde, une jolie brune, et un couple mignon...

Toujours invisible, le vampire trainait dans les parages, et Lou sentit son regard sur elle lorsqu'il la vit. Sans lever la tête vers lui, de toute façon il y avait le mur entre eux, elle eut un petit sourire. *Coucou vampire : )* Absence de peur, et gentillesse enfantine, c'était ce qui caractérisait le mieux la petite fille. Elle n'était en rien effrayé, car elle savait plutôt bien analyser les situations. Cela l'aidait à garder son sang-froid en toute occasion. Elle était devenue experte en matière de détection de présences, et seule une en l'occasion la troublait. C'était la première fois qu'elle ne parvenait pas à identifier un individu. Elle n'avait pas la moindre idée de la Nature même de l'être invisible.

La porte commença à se refermer en grinçant, et Lou se précipita dessus. En temps normal, c'était un de ses acolytes en fer forgé qui lui ouvrait la voie. Elle n'aurait jamais eut la force, ni la hauteur requise d'ailleurs, pour ouvrir l'hôpital. Elle adressa un petit sourire aux gens, mais ils étaient bien trop absorbé par la découverte du lieu pour l'apercevoir tout de suite. C'est alors que commença le jeu.

Les lumières, le vent, la fenêtre, l'ombre menaçante, c'était mignon. Presque trop. Pour Lou, ça ressemblait à un film. Elle s'assit par terre, en tailleur, et ferma les yeux, suivant mentalement les mouvements du vampire. Elle n'excellait pas encore à ce jeu, et ses yeux s'ouvraient malgré elle de temps à autre afin de vérifier qu'elle avait raison. Puis Damon arriva, nonchalant comme à son habitude. Lou se maudit, et faillit éclater de rire : elle n'avait pas sut l'identifier, alors qu'elle l'espionnait régulièrement depuis qu'il sortait avec Rebecca.

Toujours assise, un sourire aux lèvres, Lou assista avec un plaisir non dissimulé à la jouxte de mots qui s'en suivit. On peut dire ce que l'on veut, les Enfants ont été créés par Shadow, et il leur a forgé une âme étrange, qui arrive à s'amuser des choses les plus horribles. Lou ne comprenait pas pourquoi les gens autour d'elle avaient si peur, et seul l'attitude de Rebecca lui semblait normal. Les autres étaient plus... drôles, voire risibles. Pourtant, elle savait qu'elle était en partie là pour les aider, eux, et non pas le couple de joyeux lurons.

Rebecca s'amusait comme une folle, les mains de Laura dégageaient une chaleur que même Lou sentait, alors qu'elle était à plusieurs mètres d'elle. Nate se mit devant son amoureuse, et arracha un sourire épanoui à la petite brunette toujours en tailleur. La blondinette, Anastacia, se bougeait pas. Elle semblait calme, mais ce n'était qu'une apparence. Elle ne trompait personne, songea Lou. La petite fille ne réagit ni à la discussion de Becky et Damon, ni à l'intervention de Laura. Cette dernière, selon Lou -et elle pensait avoir raison- avait peur, et parlait pour reprendre le contrôle d'elle-même. Le fait qu'elle s'asseye sur l'escalier le prouvait : ce n'était que fanfaronnade, et elle tremblait de peur à l'intérieur.

« Ne t’approche pas d’elle, pourriture. » Ca, c'était idiot. Lou sentait que c'était plus que dans le cas de Laura. Elle ne réagissait qu'à sa peur primitive. Nate lui, voulait protéger sa bien aimée, et il s'y prenait comme un pied, à provoquer le puissant vampire. Le stress les tenait tous, et la petite commença à se sentir mal. Elle aurait peut-être du réagir avant ? Maintenant, était-ce trop tard? Le temps qu'elle fasse venir les plus costauds de ses jouets, Damon aurait déjà écrasé le sorcier, il l'aurait réduit en bouillie avant même qu'elle ne rassemble sa petite magie de pacotille.

Elle, quand elle avait peur ou qu'elle était stressé, elle pensait énormément. Et intérieurement, elle se rabaissait. C'était ce qui se produisait en ce moment même. *Lou, tu n'es qu'une idiote ! Tu vas finir comme Maggie et la bande si tu continues ! Nom d'un loup-garou empoté, t'aurais pas pu réfléchir ? OOOOOOOOOh ! Mais euh. Pfff, j'suis vraiment une idiote. C'est pas permis d'être aussi stupide. Maintenant, le beau, le fort, le vieux Damon va tuer tout le monde, juste parce que le blondinet veut pas qu'il touche à sa chérie. Remarque, c'est romantique... OH ! Lou ! Te disperse va voyons, c'est pas vraiment le moment. Idiote!* L'idiote, à vrai dire, c'était de penser qu'elle aurait pu faire quoi que ce soit pour changer les évènements. Même si elle avait fait quelque chose, le sorcier aurait voulu protéger son amoureuse, c'était naturel, c'était bien.

Rien ne sert de courir, il faut partir à point, a un jour dit Monsieur de La Fontaine. Il faut admettre qu'en bien des situations, il a raison. MAIS, Lou ne souhait pas l'accepter cette fois ci. Pour aujourd'hui, ce serait, rien ne sert de stresser, il faut se relaxer. Ou rien ne sert de courir, retardons l'adversaire. Mieux encore: les deux.

« Coucou les gens ! » Lou se remit sur ses papattes, un sourire aux lèvres. Elle alla s'approcher de Rebecca, et lui tira sur la main, histoire de dire baisse-toi. Si elle le fait, Lou lui fera deux bisous claquant sur chaque joue. « Salut Rebecca. Comment vas-tu depuis la dernière fois? » Puis elle s'approcha lentement de Laura, et ne lui fit qu'un coucou de la main. Elle avait peur de lui faire peur, et puis elle avait peur de se bruler. Elle aimait bien jouer avec le feu, mais quand c'était elle qui en avait le contrôle. « Coucou toi. » Pour finir, elle se tourna vers les amoureux, et les salua de la tête avec un sourire grand comme son visage. Ses petits dents blanches et brillantes étaient visibles et brillaient dans l'obscurité qu'avait créé Damon. La petite réservait le meilleur pour la fin. S'approchant du vampire, elle lui adressa un sourire craquant : « Tu m'prends sur ton dos, diiiis ? »

Et personne ne se rendit compte que derrière toutes ces salutations, Lou faisait venir un nounours en peluche aux griffes acérées. Just in case, puisque part chez moi, on prône le pacifisme. What a Face

_________________

    gif by Rouky ; avatar by LSD/Phoque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Scénario N°1   Jeu 18 Fév - 17:12

    La peur, quel drôle de sentiment qui envahissait notre esprit par des pensées très peu rassurantes et notre corps qui se figeait devant l’impuissance de certains moments. Les humains étaient souvent dirigés par cette émotion, dans des situations presque dramatiques, ils arrivaient à mourir par cette insouciance totalement prévisible de la part de cette espèce si pitoyable. La peur empêchait surement une réflexion approfondie, ainsi des mortels tels que Nate fonçait tête baissé dans la gueule du loup ne comprenant pas que leur vie ne tenait qu’à un fil. Il avait eu de la chance de s’en sortir lors de leur première rencontre dans cet entrepôt lugubre. N’avait-il pas retenu la leçon ? En écoutant ses paroles quelques peu stupide, Damon comprenait à quel point la nature humaine mériter de mourir dans d’atroces circonstances. Ses êtres ne servaient absolument à rien, ce n’était qu’une nourriture parfois appétissante et d’autre fois dégoutante en bouche. Cet humain vivait encore mais sa vie commençait à perdre toute valeur à ses yeux. Son humaine aussi ignorante que lui allait certainement être un festin pour le vampire. Les paroles se mêlèrent entres elles, ses pauvres créatures n’acceptaient pas leur faiblesse. Damon finirait presque par les plaindre ! Avoir une existence si misérable ne devait pas être permis.

    Le courage, sentiment très noble qui rendait parfois les personnes très hautaines et bien trop sûr d’eux. Cette émotion attaquait petit à petit votre intelligence qui finirait pas être totalement détruit pas votre égaux aussi large que vos chevilles. Les mortels recevaient bien trop souvent des compliments à leur égard, ainsi leur assurance n’était que grandissante. Il fallait bien une personne qui les remette dans le droit chemin non ? Ecoutant avec attention les paroles de Laura, le vampire se rendait compte que la peur l’avait rendu totalement stupide et ignorante du danger.Damon n’aimait vraiment le ton employé par cette simple humaine ! Son arrogance serait sévèrement puni par ses crocs acères. Sa nature était encore cachée par son visage si humain. Certaines personnes connaissaient sa véritable identité mais ils n’ouvraient surement pas leurs bouches pour dévoilés un tel secret aussi surréaliste pour les autres mortels. Finalement, le vampire allait vraiment bien s’amusé en compagnie de tel caractère ! Entre Nate et Laura, il avait déjà un choix assez complexe.

    En n’y repensant, Rebecca n’était vraiment pas comme les autres. Impassible, elle ne montrait aucuns signes à ses semblables. De temps en temps, elle s’amusait à lui parler dans son esprit grâce à son don qui s’avérait très utile dans certaines conditions. Personne n’était au courant de leur histoire d’amour naissante. Et cela convenait parfaitement à Damon qui ne souhaitait pas dévoilé une telle chose. Il y a avait des facettes du vampire qui devait rester dissimulé par un silence des deux partenaires. Mais, il avait bien du mal à resté insensible à elle. L’homme eut quelques idées en tête qui dévoilerait surement au fur et à mesure de cette visite. La patience n’était pas vraiment le point fort de celui-ci mais il se devait d’attendre avant d’agir. Son amusement semblait sans limite !

    Tu m'prends sur ton dos, diiiis ?

    L’enfant avait un courage incroyable. C’était surement son insouciance qui lui permettait d’être aussi sûre d’elle. Son point faible était les enfants. Il n’avait pas la force de les tués, cela lui paraissait totalement impossible. Cette faiblesse remontait au temps de sa vie d’humain. Combien de fois avait-il rêve d’avoir un bébé dans les bras et de se dire : Mon dieu ! Je suis père ! Ses espoirs étaient partis en fumés par le décès de ses petits êtres sans défense. Ce rêve n’avait jamais pu être exaucé malgré les nombreuses prières qu’il avait pu faire durant son vivant. Croire en un Dieu était tout simplement stupide mais son désespoir l’avait poussé à essayer. Cependant, sa vie fut arrachée un beau jour, ainsi que toute chance de procréer un jour.
    Un sourire s’afficha sur le visage de Damon comme un signe d’accord. C’était à la fois étrange de sa part mais pas si surprenant en fin de compte. Malgré sa nature de créature de la nuit, il restait en lui quelque chose d’humain voir de presque sympathique que celle Rebecca avait pu découvrir. Finalement, ce n’était pas si étrange ! Le méchant vampire pouvait se montrer très gentil lorsqu’il le voulait seulement. La réaction des mortels allaient surement être assez vive craignant pour la vie de cet enfant. Le vampire tendu la main en direction de la petite fille en signe d’invitation. Allait-elle grimper sur son dos ? Ce serait surement la première a osé une telle chose.

    _ Alors, on continue la visite ?

    Damon s’incrustait dans ce groupe de mortel très méfiant à son égard. Ne cherchant même pas un quelconque accord, il avança en direction de Laura qui était parti un peu plus loin. Avec un magnifique sourire, le vampire lui ouvra la porte qui se trouvait juste en face d’elle.La visite allait commencer ! Faisait un signe de la main, le reste du groupe s’aventura dans cette pièce quelque peu étrange et très sombre. Quel drôle d’hôpital ! Un cri se faisait entendre, il résonnait avec puissance. Pourtant personne dû groupe n’avait poussé un tel hurlement. Les regards se tournèrent vers Damon comme si chaque incident devait être sa faute !

    _ Arrêtez un peu ! Je suis une pauvre victime de la société !
Revenir en haut Aller en bas

    Sexy and Dangerous Founder

avatar

Rebecca C. Hemilgton


•Ancien métier : : Etudiante en stylisme et serveuse.
•Localisation : Dans le lit d'un certain vampire?
•Messages : 1749
•Date d'inscription : 27/07/2009
•Age : 28

Who are you?
Pouvoirs, et maîtrise (pour les sorciers):: Contrôle la météo (maîtrise 80%) / télépathie avancée : lit dans les pensées et peut partager les siennes (maîtrise 95%) / Absorption de pouvoirs (maîtrise 80%).
Relations::

MessageSujet: Re: Scénario N°1   Lun 22 Fév - 22:33

    Rebecca aimait vraiment beaucoup voir l’inquiétude et la peur, se peindre sur les visages de ces faibles personnes qui se trouvaient autour d’elle, à ses côtés. Voir des personnes souffrir physiquement ou psychologiquement. La jeune femme n’aimait pas assez les autres, ceux qu’elle ne connaissait pas, pour pouvoir ressentir la moindre chose positive à leur égard, comme de la compassion par exemple. Selon elle, il existait très peu de gens qu’elle jugeait intéressants et digne d’intérêt. Pour ne pas dire, qu’ils étaient carrément inexistants. C’était d’ailleurs une des raisons pour lesquelles elle ne jugeait pas utile d’utiliser son pouvoir de télépathie. Qu’y avait-il donc à découvrir chez une personne inintéressante ? Absolument rien du tout évidemment ! En cet instant, elle pouvait aisément se contenter d’observer la terreur affichée sur les visages qui l’entourait pour se sentir contente. Un bien être idiot et pas réellement explicable mais bel et bien présent pourtant. Etait-ce normal de se réjoui ainsi du malheur des autres ? Peu importait la réponse à cette question car elle aimait cela et elle était ainsi, point !

    Parmi les personnes qui étaient venues avec elle jusque là, il y avait de sacré spécimen, il fallait bien l’avouer. A commencer par ce couple de jeunes gens dont le garçon avait tendance à vouloir protéger sa petite amie. Ignorait-il réellement qu’il était tout simplement insignifiant à comparé d’êtres puissants tels que des vampires, par exemple ? Se rendait-il seulement compte qu’un seul de ces êtres sanguinaires aurait suffit à les tuer, lui et sa compagne ? Peut-être qu’il le savait parfaitement, dans le fond. Mais l’amour rendait les gens complètement idiots. Rebecca commençait tout juste à s’en rendre compte, depuis que Damon était entré dans sa vie, sans prévenir ni demander son avis à la principale intéressée. De tout façon, il était beaucoup trop tard à présent et aucun retour en arrière n’était possible, ni même envisageable seulement.

    La brune n’ignorait absolument pas que le décor d’horreur qui s’était installé tout autour du petit groupe, était offert par son cher vampire Damon. Rebecca ne put s’empêcher de lancer cette petite remarque, mentalement, à l’intention du vampire. Elle trouvait très intéressant qu’un être tel que lui puisse autant s’amuser à faire peur d’innocents mortels. Un être tel que lui, devait avoir beaucoup de cordes à son arc pour agir de la plus discrète des façons, de sorte à ne même pas être découvert par qui que ce soit. Etre un vampire pouvait s’avérer vraiment pratique…intéressant à savoir en tout cas ! Rebecca n’oublierait très certainement pas cette information qui méritait une bonne place dans son esprit. Elle n’oublierait pas ce détail qui n’en n’était pas un, foi de Rebecca !

    Le regard de la brune se voila légèrement de colère lorsqu’elle entendit les pensées de l’ensorcelée qui était en train de se foutre d’elle mentalement. Elle était en train de penser que Rebecca s’amusait avec elle-même. Oh vraiment ? La jeune femme sentit comme une légère décharge électrice lui parcourir le corps, allant de son cœur à ses bras pour s’arrêter dans sa main. Elle du prendre sur elle pour empêcher ses dons, autre que la télépathie, de se déclencher. Ca n’aurait pas été bon du tout pour les personnes présentes ici, qu’elle se serve de ses pouvoirs. Sinon, il n’était pas certain que tout le monde ressorte vivant…ou en un seul morceau. La jeune femme savait qu’en cet instant, ses yeux étaient devenus noirs, en raison de son brusque accès de colère. Elle prit une grande inspiration, comme pour ravaler sa colère, en fermant brièvement les yeux. Lorsque ses paupières se rouvrirent, très rapidement, ses yeux étaient de nouveau noisette. Toujours prendre sur soit, elle ne devait pas oublier cela ! Pour rien au monde, elle ne devait oublier.

    Malgré tout, cette jeune ensorcelée, n’étais pas aussi bête qu’elle en avait l’air. Elle n’avait eut aucun mal à comprendre que Rebecca était télépathe, ce qui expliquait pourquoi elle arrivait autant à s’amuser de la situation et qu’elle semblait s’attendre à l’arrivée de Damon. Damon, un vampire qu’elle connaissait plus que très bien à vrai dire. Oui cette jeune femme comprenait beaucoup de choses de toute évidence. Rebecca n’était pas certaine de vraiment apprécier ce fait à vrai dire…Elle devrait se méfier de cette personne là en priorité si elle ne voulait pas être grillée à cause d’un mot ou d’une parole de trop qui pourtant pourrait passer inaperçu avec n’importe qui d’autre. Et ce sort qui à présent faisait partie intégrante d’elle, pouvait s’avérer ennuyeux si elle devait l’éliminer un de ces quatre. Il faudrait rester vigilant si le moment de la tuer arrivait. Inutile de ressortir d’un tel meurtre avec une brûlure au troisième degré.

    Franchement, la prochaine fois, garde pour toi tes remarques dans le genre, c’est d’un ridicule ! Je ne me moque pas de toi évidemment, je te tiens juste au courant de quelque chose que Rebecca aurait d’ailleurs peut-être dû déjà te dire.

    Qu’entendait-elle par là, au juste ? Etait-elle réellement stupide ? Visiblement oui ! Ah, Rebecca se serait bien chargée de lui montrer à quel point elle n’aimait que l’on se paie sa tête. Elle ne comprenait même pas pourquoi elle s’infligeait autant de douleur à se retenir de lui faire du mal. Ce n’était pas l’envie qui lui manquait d’ailleurs, loin de là même. Ne pas oublier de garder cette rage en elle ! Ne pas oublier. Brusquement, des mots lâchés avec rage firent retomber sur terre la brune. Stupéfaite, Rebecca tourna la tête vers la personne qui venait de parler. Il s’agissait du garçon, celui qui était en couple avec l’innocente petite humaine blonde. Oh ! oh voilà qui commençait à être intéressant. De toute évidence, il connaissait déjà Damon et ne l’appréciait pas outre mesure. *Qu’as-tu donc fait à ce pauvre jeune homme pour qu’il réagisse ainsi ?* pensa t’elle à l’attention de Damon qui serait le seul à l’entendre comme précédemment. La main que le sorcier porta à son cou amena un léger doute à l’esprit de Rebecca. L’avait-il mordu ? Coquin !

    Les pensées de la fillette qui se trouvait là, étaient largement plus intéressantes que celles de toutes les autres personnes présentes ici. Elle était en train de se demander ce qu’elle pouvait bien faire pour sauver le sorcier qui portait le prénom de Nate. Devait-elle faire venir son jouet le plus puissant ? Les plans qu’elle montait, sans réellement le faire, dans son esprit, étaient juste très drôles et intéressants. L’innocence, c’était réellement beau. Non que Rebecca regrette cette période de sa vie où elle avait été assez jeune et inexpérimentée, pour être complètement innocente. Ce sont les paroles de l’enfant qui semblèrent ramener un semblant de paix sur les lieux. Sans doute que c’était volontaire. Elle était très intelligente pour son âge, c’était flagrant. Elle sentait que l’atmosphère était très tendu et voulait détendre tout ça, faire disparaitre toutes les tensions inutiles. Rebecca fut un instant déroutée lorsque Lou s’approcha d’elle en la saluant et tirant sur sa main. Elle finit par se baisser pour se retrouver à sa hauteur. Et quelle stupéfaction lorsque l’enfant claqua deux baisers sur ses joues. Une fillette qui avait déjà tout d’une grande…Déjà, elle saluait les autres personnes présente et demandait à Damon la permission de monter sur son dos.

    Alors que le vampire s’approchait d’une porte qu’il ouvrait en grand pour laisser passer les autres personnes présente, un long hurlement à fendre l’âme, se fit entendre dans les entrailles de l’hôpital. Un cri à glacer les sangs. Même la plus insensible des personnes, était forcée de ressentir comme un mauvais pressentiment en lui et de voir ses poils se dresser sur sa peau. Rebecca qui n’aimait pas vraiment les gens, ne pouvait s’empêcher de réagir comme n’importe qui face à un tel hurlement. Elle se figea imperceptiblement et tourna le regard vers Damon. Contrairement aux autres, ce n’était pas un regard de reproche ou accusateur. Mais plutôt une interrogation et parce qu’il était bien la seule personne ici à qui Rebecca tenait un temps soit peu. La seule personne à qui elle pouvait et voulait parler pour de vrai, sans faire semblant, sans mentir sur sa propre petite personne. Un léger sourire apparut sur les lèvres de Rebecca lorsque Damon prit la parole, se plaignant d’être une victime de la société. Pauvre vampire !


    _Je trouve cela très douteux, le fait que tu étais là avant qu’on n’arrive et à présent, ce hurlement…J’ai du mal à croire en ton innocence…

    Rebecca ne doutait pas de l’innocence de Damon. Ce soir là en tout cas ! Il était simple pour une télépathe, de savoir la vérité et la vérité, elle n’avait pas de mal à l’entendre dans les pensées du vampire. Il n’avait rien fait de mal, dans cet hôpital, avant leur arrivée. Mais les autres en douteraient très certainement. Rebecca enfonçait le couteau dans la plaie ? Peut-être…

_________________
"Si on me demandait ma définition du mot amour, je me contenterais de dire ton nom..."

"Tell me when you hear my heart stop"
You're the only one that knows
Tell me when you hear my silence
There's a possibility I wouldn't know
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://no-mans-land.forumactif.com

    Fearful && Sexy Founder

avatar

Laura E. Lewis


•Ancien métier : : Serveuse dans un bar
•Localisation : Dans la ville...
•Messages : 747
•Date d'inscription : 27/07/2009
•Age : 23

Who are you?
Pouvoirs, et maîtrise (pour les sorciers):: On lui a jeté un sort et lorsqu'elle a peur, sa peau chauffe jusqu'à brûler une personne qui tenterait de la toucher.
Relations::

MessageSujet: Re: Scénario N°1   Mer 3 Mar - 12:39

    [Désolée c'est court u_u']
    Quelqu’un semblait vouloir s’amuser avec eux, comme s’il trouvait l’idée que des personnes aient osées venir ici stupides. Qui était assez téméraire pour se promener dans un hôpital abandonné et en ruines ? Et pourtant, deux sorciers, une humaine, et une ensorcelée l’étaient, puisqu’ils étaient là, à observer les lieux, à se demander qui, ou quoi, était à l’origine des incidents étranges qui se déroulaient autour d’eux. La bourrasque de vent alors que la porte était fermée, la fenêtre qui s‘ouvrait et se fermait toute seule, et puis l’horrible sensation d’une personne et d’être observé aussi. Elle s’était doutée qu’elle aurait peur plus d’une fois en venant ici, mais elle était toujours aussi inquiète dû au fait que ses mains étaient brûlantes et que c’était dangereux pour tous. Pourtant, à présent que son don s’était enclenché, elle se sentait mieux, et capable de faire des folies. Cela lui était déjà arrivé, et en général, elle préférait ne pas être comme cela, c’était comme si elle n’était plus elle-même, mais l’extrême opposé de sa réelle personnalité. C’était étrange, et bizarrement, elle pouvait facilement apprécier d’être ainsi, parce qu’elle détestait avoir peur pour un rien comme d’habitude.

    Elle regarda d’un air in intéressée le sorcier, qui s’appelait Nate et qu’elle avait déjà eu l’occasion de rencontrer, se poster devant l’humaine qui semblait complètement perdue, apparemment, d’après la façon qu’elle avait d’être méfiante et assez déboussolée, elle ne devait même pas connaître l’existence des sorciers. Et bien, elle se demandait comment Nate avait pu lui cacher cela, puisqu’elle avait compris qu’ils étaient ensemble depuis plus longtemps que leur arrivée dans la ville. Etait-ce pour la protéger qu’il lui cachait cela ? Très certainement, mais Laura se demandait si c’était mieux pour elle, après tout, dans la ville, mieux valait savoir le plus de choses possible sur les uns et les autres. Enfin, c’était son choix, et il avait très certainement une bonne raison à vouloir lui cacher une chose d’une telle importance, et puis ce n’était pas le problème de Laura. Elle remarqua la tension qu’il y avait entre le dernier arrivé et Nate, qui semblait légèrement effrayé par ce premier.

    Lentement, Laura se leva de la marche d’escaliers sur laquelle elle s’était installée un peu plus tôt. Elle n’avait même pas remarqué que l’un des enfants inconnus, plus précisément Lou était arrivée ici. Elle était bien trop occupée à observer les mouvements des uns et des autres, pour voir quoi que ce soit. Du coin de l’œil, Laura remarqué enfin l’enfant, qui salua tout le monde avant de se rapprocher de la brune et de lui claquer deux baisers sur la joue avant de se rapprocher de Laura et de lui faire un geste de la main que lui rendit rapidement Laura avec un grand sourire aux lèvres. Lou devait avoir compris qu’elle avait la peau brûlante et qu’il valait mieux rester à l’écart d’elle pour le moment en tout cas.
    Coucou ! C’était une bonne surprise de voir Lou ici. Laura ne savait pas énormément de choses sur elle, mais elle était déjà certaine d’une chose : elle était la plus gentille des enfants qu’elle avait rencontré. Elle aimait les adultes, et en général, les adultes l’aimaient. La preuve était qu’elle se dirigea vers la personne qui paraissait la plus dangereuse, celui qui avait eu pour premier but de les effrayer, et lui demanda de la prendre sur son dos. A la stupéfaction de Laura, il accepta avec un large sourire aux lèvres. Ah toute personne a son point faible, il semblerait qu’ils avaient trouvé celui du jeune homme à présent. C’est vrai que les enfants en faisaient craquer plus d’un, avec leur bouille d’ange et leur sourire magnifique. Qui pouvait y résister ?

    La petite fille monta sur son dos, et il proposa de continuer la visite. Bien, il comptait rester avec eux, s’il n’y avait vraiment que cela pour lui faire plaisir. Enfin, il avança en direction de Laura et lui ouvrit la porte qui se trouvait en face d’elle, un grand sourire aux lèvres. Elle lui lança un bref regard avant d’entrer dans la seconde pièce qui allait très certainement cacher de très nombreuses choses, une fois de plus. Bizarrement, Laura ressentait de l’excitation et avait hâte de découvrir ce que cachait la vieille porte. Elle avait toujours un peu peur, un sentiment qui semblait ancré en elle, puisqu’elle sentait que sa peau était toujours aussi brûlante. Cela ne changerait très certainement pas, c’était une évidence. Elle enfonça ses mains dans ses poches et continua à marcher, sans se soucier des autres qu’elle entendait marcher derrière elle. Elle ne jeta pas un seul regard en arrière pour vérifier s’ils étaient tous là, cela n’avait même aucune importance à ses yeux. Elle se retourna brusquement lorsqu’elle entendit un cri à glacer les sangs. Bien malgré elle, elle eut un sourire amusé. _ Arrêtez un peu ! Je suis une pauvre victime de la société ! Elle n’avait aucune idée de la personne qui avait poussé ce cri. Son regard se porta tout de même immédiatement sur la personne qui prit la parole en première. Et franchement, elle s’en fichait pas mal. Cela n’avait aucune importance. A vrai dire, c’était peu probable que ce soit vraiment Damon qui ait poussé ce hurlement, après tout, il avait tout de suite repris la parole, et puis, ça avait été un son très aiguë, Laura était persuadée que ce n’était pas lui. Mais cela n’avait guère de l’importance, pas pour le moment en tout cas.

_________________

©️October
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Anastacia Jefferson


•Ancien métier : : étudiante
•Localisation : dans mon lit hihi
•Messages : 254
•Date d'inscription : 29/11/2009
•Age : 27

Who are you?
Pouvoirs, et maîtrise (pour les sorciers):: //
Relations::

MessageSujet: Re: Scénario N°1   Lun 15 Mar - 15:49

{ désolée c'est court o_O' }

Ana' avait peur c'était inévitable toute personne normale ressentait une peur ,mais jamais la même. Il fut un temps où Ana ne ressentait plus cette peur prête à tout pour ne pas pensait à lui : Nate. Quand il était parti il avait laissé la jolie blonde dans le noir complait la laissant seule contre tout. Elle n'avait plus rien à quoi s'attachait à part son image et ses paroles ,mais cela lui faisait tellement mal, sa peur c'était réalisé le perdre voici ça plus grande peur. Elle serait prête a tout pour lui quoi qu'il arrive même si c'est sa vie qui devrait retomber en poussière. Il était l'homme de sa vie. On peut dire qu'elle est jeune et que pensait ça était normale comme pour tout le petit couple qui s'imaginent qui seront unis jusqu'à la fin alors que cela n'est pas vraie. Mais Ana' le pensait si fort qu'elle parvenait à le faire croire a tous. Sa peur était revenue en même temps qu'elle , elle en était devenue ridicule, elle le savait et ça l'avait blessée , elle se voulait forte , être une lavette elle n'aimait pas ça , pour elle la peur n'aurait jamais dû faire partie de sa vie. Elle n'avait plus peur de rien ni de la solitude ,comme de mourir ,mais maintenant depuis que son coeur est tombé dans le désir d'aimer elle ne pouvait qu'avoir peur de ce qui la gardait vraiment en vie. Mourir pour lui ne lui faisait ni chaud, ni froid ,mais pourrir pour rien cela l'inquiétait . Bizarre certainement mais l'amour est si compliqué et incompréhensible.


*Mais pourquoi je suis venue ici avec eux j'aurais préféré être seule , pour lâcher ma peur oui je sais suis bien bête rho puis arrête de penser bon sens . Des choses bizarres, mais pourquoi rien n'est il logique dans cette ville ? Je me le demande.*

Ana' se tenait prête a tout ne laissant rien paraître ,mais à voir les regards que la brune posait sur elle de pitié , elle venait de comprendre qu'elle avait vu sa peur pourtant elle était bien cachée derrière un visage impassible mais c'est vrai que c'est pensé n'était pas de même. C'est vrai que ses pensées n'étaient pas très discrètes ,mais à part elle qui pouvaient les entendre? D'un coup elle se souvenue de Michael avec qui elle avait découvert l'existence des sorciers. Lui n'avait pas le pouvoir de lire les pensées ,mais il avait tout expliquer a Ana' qui n'avait pas eu peur ,car il avait été plus que gentil envers elle. Alors, elle regarda la jeune femme presque dans les yeux lorsqu'elle lui lança un beau grand regard noir avec ses jolies yeux bleu .

* Alors, tu ne te gênes pas dans mes pensée. *

Elle ne lâcha pas son regard jusqu'à ce qu'elle fût obligée lorsque Nate laissa échappée un « Ne t'approche pas d'elle, pourriture. » Envers le jeune homme qui s'approchait de notre petit couple, Ana' n'avait pas fait attention à son rapprochement . Elle serra fort la main de Nate pas pour cause de peur ,mais plus par débit comme pour lui faire comprendre qu'il n'avait pas à agir comme ça. Souvent il pouvait être désagréable envers les autres et Ana' ne le comprenez pas toujours comme pour son frère Aaron ,mais lui disait qu'il avait ses raisons. Bref cela voulait dire ne t'en occupe pas mais difficile pour elle de garder tout pour elle alors certains gestes faisaient comprendre à Nate qu'il devait se calmer , mais cela ne marchait pas toujours même très rarement. De toute façon le jeune brun qui venait d'arriver n'avait pas l'air méchant mais bon il fallait quand même restait sur ses gardes. Elle regarda un après un toutes les personnes ,en souriant au toupet de la petite fille en voilà une qui avait vraiment peur de rien. Surtout pour demander à cet homme certes mignon ,mais assez étrange pour lui monter sur le dos. Ce dernier accepta. Puis il se dirigea vers Laura qui alla ouvrir une autre porte, il l'ouvrit puis la laissa passée suivi de lui-même puis de la sorcière, oui Ana' venait de réaliser ce qu'elle pouvait être. Puis Nate et elle suivirent pour atterrir dans ce qui pouvait être une chambre est quelle chambre. Un lit plus que sale , remplies de ce qui devait être du sang , de choses bizarres à l'aspect gluant ,au-dessus du lit se trouvait des chaînes et des espèces de menotte au-dessus de la tête de lit , qu'était cet hôpital ? Un hôpital de fous ? Ana se posait un tas de question,mais ne savait pas trouvait les réponses seules. Elle alla parlé lorsque qu'un cri strident et aigus pointa son nez ,, il résonna si fort dans ses oreilles qu'elle eu légèrement mal. Elle regarda Nate puis l'enfant , Laura et la jeune femme brune . Tous avaient leurs regard en direction du dernier et ce dernier pris sa défense aussitôt . C'est vrai que depuis qu'il était arrivé tout était bizarre mais bon qui pouvait dire si ce n'était pas autre chose ou quelqu'un d'autre qui se trouvait ici avec eux sans être fait connaître. Elle sourit au jeune laissant un petit rire échappée de sa bouche , pas comme celui qu'elle avait lâché auparavant celui était normale et ne venait pas du stress ressentit par Ana '. Elle l'avait lâché aux mots de Rebecca qui avait de vouloir en foncer l'autre jeune homme. Elle les regarda tous les deux.



- Pourquoi l'enfonce tu ! ça pourrait être toi ce cri ? Non.

D'un coût tout le monde regarda Ana' qui avait dit ça à voix haute. Elle resta en souriant agacer à la brunette. Elle continua par la suite de regarder au-dessus du lit qui l'intriguait beaucoup. Ana' se trouvait tout près de la porte ouverte en grande la porte, elle regarda Nate et lui sourit , mais elle se retourna aussitôt entendant le claquement de la porte en se fermant , directement elle alla pour la rouvrir il fallait la pousser tout en appuyant sur la poignée mais rien à faire elle ne céda pas , cette porte venait de ce coincé. Le cri venait d'être rejoins par des courants d'aire dans la pièce ,mais le problème était qu'aucune fenêtre se trouvait dans cette pièce seulement un escalier qui montait. Elle regarda les autres.

-On ne peut plus dire qu'il soit coupable maintenant.

Elle était logique il était loin de la porte .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Scénario N°1   

Revenir en haut Aller en bas
 

Scénario N°1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No man's land :: Autour de la ville :: Hôpital-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit